Perséphone et les semences

Jacques Dufresne
Ce court passage évoque deux des sources d'inspiration de Platon pour ce qui est de l'immortalité de l'âme: l'Éleusinisme et l'Orphisme.
Le statut particulier dont jouit Platon parmi les philosophes et parmi les hommes tient avant tout à la façon tantôt rigoureuse comme une démonstration géométrique, tantôt inspirée un tableau ou un poème dont il a parlé de l'immortalité de l'âme. Or, il semble bien qu'il ait été en cette matière, l'héritier d'une tradition conservée par les religions à mystères, l'Éleusinisme et l'Orphisme. Le mystère central dans chacune de ces deux sectes est celui de la mort et de la résurrection, symbolisées par la décomposition de la graine dans la terre et sa réapparition sous la forme d'un être vivant qui s'élève vers la lumière. Le même thème sera repris dans l'Évangile: si le grain ne meurt? Les rogations, ces prières pour que le grain en mourant devienne fruit, faisaient encore partie du paysage spirituel des campagnes, il y a quelques décennies.

Dans le mystère d'Éleusis la déesse associée à la semence s'appelle Perséphone. Elle est la fille de Déméter, déesse de la terre. (Déméter se dit Cérès en latin. C'est la racine de notre mot céréale.) Perséphone sera enlevée par Pluton, le roi des enfers. Déméter s'en plaindra à Zeus et menacera de détruire les récoltes s'il n'intervient pas. Il intervient et Perséphone est ramenée à sa mère par le bel Adonis.

«Ce qui est particulier à la fête d'Éleusis, écrit Erwin Rohde, dans Psyché, c'est l'espérance qu'elle offrait aux initiés: bonheur pendant la vie et meilleur sort après la mort, immortalité de l'âme.» Les raisons de cette immortalité de l'âme étaient exprimées sous forme allégorique par le mystère lui-même: «Déméter est la terre, Perséphone sa fille, la semaille, la graine. La capture de Perséphone par Pluton et son retour dû à Adonis sont signifiés par l'ensemencement de la graine et par sa croissance ou, dans une interprétation plus large, par le renouveau annuel de la végétation.» (Rohde, Psyché). La graine, disparue dans la terre est une image de l'âme morte, sa croissance est l'image de l'âme ressuscitée.

Autres articles associés à ce dossier

L'âme close et l'âme ouverte

Henri Bergson

Voici un extrait de Les deux sources de la  morale et de la religion d'Henri Bergson. Le lien sous ce titre conduit au texte complet de cette oeuvre.

La division tripartite de l'âme selon Platon

Jacques Dufresne

L'influence de la conception grecque de l'âme s'étend jusqu'à l'époque contemporaine.

L'âme et le corps

Baruch Spinoza

Conception simple de l'âme, qui présuppose son existence plus qu'elle ne l'explique.

Le soin de l'âme

Hélène Laberge


À lire également du même auteur

Journal de l’été 2021. 2) Rapport du GIEC et Jeux olympiques
Le dernier rapport du GIEC sur les changements climatiques, plus alarmiste encore que les pré

Science, bon sens, complotisme et science critique. En compagnie de Pierre Biron.
Science sans critique est ruine de la raison. Science sans bon sens est ruine du sens « Scie

La philosophie aujourd’hui, par Marco Jean
Philosopher aujourd’hui pour retrouver la valeur intrinsèque des choses par-delà

Journal de l’été 2021. 5) L’ Afghanistan des talibans
La leçon sur les imprévus de l’histoire qu’on peut en tirer

Journal de l’été 2021. 3) Autochtones : droits, obligations et contributions.
À la recherche d’un équilibre entre la question des droits et celle des responsa

La pierre de Satan, par Mario Pelletier
Ce grand livre, aussi français et américain que québécois, et même

Journal de l'été 2021. 4) Covid 19, 20,21… Écologie, ploutocentrisme, anthropocentrisme
Comment rendre la maison commune dont rêvent les écologistes compatible avec le d&rsquo




Nos suggestions