L'oubli de la vie

Gustave Thibon

Ne pas mourir est une chose. Vivre en est une autre. Nous entrons dans une ère où l'homme cultive et multiplie tous les moyens de ne pas mourir (médecine, confort, assurances, distractions), tout ce qui permet d'étirer ou de supporter l'existence dans le temps, mais non pas de vivre, car l'unique source de la vraie vie réside au-delà du temps et contient aussi la mort dans son unité. Nous voyons poindre l'aurore douteuse et bâtarde d'une civilisation où le souci stérilisant d'échapper à la mort conduira les hommes à l'oubli de la vie.

Autres articles associés à ce dossier

Vivre ou fonctionner?

Jacques Dufresne


Darwin et Mendel, deux passionnés de la vie

Jacques Dufresne

Il se trouve que les deux plus grands personnages de la biologie moderne, Charles Darwin, le père de l'évolutionnisme et Gregor Mendel le fondateu

La raison au secours de la vie

Jacques Dufresne

Il conviendrait de redonner vie à une vieille idée: faire de la protection du capital social le fondement des politiques sociales. Mais il faudrait

La définition de la vie

saint Thomas d'Aquin


Qu'est-ce que la vie?

Jacques Dufresne

Impossible de réduire le sentiment de beauté, de vie et de joie que nous procure le printemps aux mécanismes de la photosynthèse? Et pourtant il y

La chimie de la vie

Jacques Dufresne

La vie sous le microscope électronique de la biologie moléculaire.

Étapes de la connaissance de la vie

Jacques Dufresne

De la subjectivité à l'objectivité. Ce document fait partie d'un ensemble: document précédent.

La raison et la vie

Jacques Dufresne

Il faut être spontané! Il faut reconstruire les communautés! Le rapport de l'homme avec la vie s'est transformé radicalement. Jugée hier encore e

Les origines de la vie

Wilfrid Noël Raby

La science moderne se fait sans Dieu, mais toujours sous son ombre. La recherche de nos origines ne nous livrera pas la preuve indubitable de l'existe

Le réel

Tao Lao Tseu

La vie (te) n'est rien d'autre pour Lao Tseu que la nature humaine qui se manifeste spontanément et s'identifie en dernier lieu avec le fondement du

Dès aujourd'hui...

Sénèque

Le traité de Sénèque a pour fondement un paradoxe: il prétend que la vie n'est pas brève, mais longue, et qu'il suffit de savoir l'utiliser raiso

Le vin

Omar Khayyam

L'oeuvre de Khayyam est traduite en plus de 40 langues.

De la brièveté de la vie

Omar Khayyam

L'impermanence de l'homme, qu'il oublie sans cesse, n'est pas celle des plantes : elles sont éphémères mais renaissent lorsque c'est la saison; il

Le principe de clôture

Wilfrid Noël Raby

Comment la vie doit se protéger elle-même pour se maintenir, comment ses limites, les clôtures dont elles s'entourent, font sa force. [...] Grâce

À lire également du même auteur

Le confort et la liberté
Et que resterait-il du confort modèle suédois si leurs puissants voisins de l’Est s’avisaient

La liberté et les sciences humaines
Libres même et surtout quand, instruits par les sciences humaines, nous prenons acte de ce qui

Les pièges de l'indignation
Le piège consiste en ceci qu’on tire facilement des conclusions générales

L'université et le réel
Où il est question du mépris de l’élite pour le peuple, ce qui aide à comprendre le mépris ac

Vie urbaine et surmenage affectif
Voici une belle analyse des menaces qui pèsent sur l'authenticité des êtres

Identité et conscience de soi
Prendre conscience de son identité , n'est-ce pas déjà la perdre ?

Le mal socialisé
En ce début du XXIème siècle, l'adjectif systémique, souvent associ&




En marge de la Conférence de Glasgow