Le pouvoir de la religion cathodique

Jacques Dufresne
L'autoroute électronique donnera-t-elle accès au réel? Ou les internautes se prendront-ils au WWW comme des mouches?
Sur le babillard électronique du Club Macintosh de Québec, l'une des conversations les plus courues porte sur les oiseaux. J'y lisais récemment les questions d'un ornithologue amateur de la région de Rivière-du-Loup au sujet d'un oiseau rare dans nos parages, le héron garde-boeuf. Les réponses vinrent, nombreuses. Celle de Jean Paquin, directeur de la revue Québec Oiseaux était particulièrement éclairante, mais c'est ce bref commentaire de l'un des interlocuteurs qui a retenu mon attention: «Et si nous allions maintenant voir les oiseaux...»

L'autoroute électronique a pris forme au fur et à mesure que des groupes comme le Club Macintosh de Québec se sont réunis pour former l'un de ces immenses réseaux dont le plus bel exemple est le réseau Internet, qui compte en ce moment 20 millions de membres, probablement 21 millions car mes chiffres datent du mois de mai [données actuelles sur la population d'Internet]. Jean Paquin peut désormais répondre aux questions d'un ornithologue de Bornéo et lui transmettre des images en couleurs de ces oiseaux préférés.

Quelle différence y a-t-il entre lire son journal, regarder la télévision ou communiquer par modem avec des personnes intéressées par un sujet donné? La comparaison est en faveur de la dernière activité, les deux autres choses étant plutôt des passivités mais l'essentiel c'est que dans tous les cas, on se souvienne que les médias, le mot le dit, ne sont que des intermédiaires, des intermédiaires entre nous et le réel. D'où l'importance du petit commentaire de nos amis ornithologues: «Et si nous allions voir les oiseaux...»

Je suis allé voir les oiseaux ce matin, les entendre, respirer avec eux l'air frais du mois de mai. Un martin pêcheur a fait son vol piqué au-dessus de ma tête, pendant qu'un minuscule oiseau jaune, que je ne saurais nommer venait s'ébattre à mes pieds. Ce n'était pas un chardonneret... Peut-être était-ce une paruline jaune.

J'ai cru qu'il était blessé et cela m'a rappelé le poème d'Aragon: «Mon bel amour, mon cher amour, ma déchirure, je te porte dans moi comme un oiseau blessé....» C'est ainsi que le réel est enrichi par l'artifice qui en étend la présence irradiante jusqu'à une réalité plus mystérieuse: l'amour. L'être humain est ainsi fait qu'il a besoin de l'artifice pour se rapprocher de la chose. Nous voyons mieux l'étoile quand nous savons la nommer et la pierre du chemin retient davantage notre attention si elle a une forme géométrique.

Mais le but est toujours la chose et le plus pur poète est celui que cette chose comble à un point tel que les mots les plus justes lui paraissent inaptes à la dire. «Un arrosoir, une herse à l'abandon dans un champ, un chien au soleil, un cimetière misérable, un infirme, une petite maison de paysans, tout cela peut devenir réceptacle de mes révélations. Chacun de ces objets et mille autres semblables dont un oeil ordinaire se détourne avec une indifférence évidente peut prendre pour moi soudain, en un moment qu'il n'est nullement en mon pouvoir de provoquer, un caractère sublime et si émouvant, que tous les mots, pour le traduire, me paraissent trop pauvres». (Hugo von Hofmannstahl, Lettre de Lord Chandos, Gallimard, Paris 1980, p.81)

Demeurer conscient de la supériorité absolue du réel, tel doit être le but qu'on s'assigne et se réassigne constamment à un moment de l'histoire où, plus que jamais sans doute, l'artifice semble destiné à se substituer à la chose plutôt qu'à servir d'intermédiaire entre elle et nous.

Il y a quelques années, à la fin d'un séjour dans la nature sauvage qui m'avait paru merveilleux, j'ai entendu deux adolescents dire, pleins de dépit, qu'on voit plus d'animaux en quelques minutes dans une bonne émission de télévision qu'en une semaine en pleine nature. Les oiseaux de l'écran, en plus d'être nombreux, ont l'avantage d'être prévisibles. Pour les faire apparaître, il suffit de presser un bouton. Toute-puissance de l'homme aux commandes de la machine! Dans la nature, vous ne savez jamais quand le huard va surgir à quelques mètres de votre embarcation pour remplir le soir qui tombe de son chant divin, mais votre joie est proportionnelle à la gratuité de l'instant: «Aimez ce que jamais on ne verra deux fois».

La part de l'artifice dans nos existences

Vue sous cet angle, l'autoroute électronique aggrave un danger auquel toutes les autres nouveautés techniques nous exposent déjà: accroître dans nos vies la part démeseurée de l'artifice. De la procréation artificielle au magasinage virtuel, tout se ressemble. Le Montréalais qui fait ses courses au marché Jean-Talon peut voir et palper les produits de la terre, serrer la main de ceux qui les ont semés et récoltés... Si jamais il devait faire ses achats à partir de son écran de télévision, il serait coupé d'une partie importante de la réalité, comme celui qui s'en remet à la fécondation in vitro pour assurer sa procréation. Déjà sans trop s'en apercevoir il a dû renoncer à causer avec la caissière de la banque pour entrer en un froid dialogue avec une machine qui avale sa carte de crédit et lui compte des dollars.

La question de la subordination des moyens aux fins ne se sera peut-être jamais posée avec autant d'acuité. La religion cathodique -expression qui désigne la ferveur avec laquelle jeunes et vieux s'attachent aux petits écrans- remporte un succès tel que l'humanité entière paraît destinée à se laisser emprisonner dans la toile d'araignée des médias, médias qui, rappelons-le, ont pour raison d'être de nous rapprocher du réel.

Quand la réalité, âpre et douce, imprégnait toute la vie quotidienne des gens, quand il fallait tirer l'eau du puits, marcher dans les paysages pour mériter de les contempler, les hommes éprouvaient le besoin d'imaginer un au-delà où s'immortaliseraient, transfigurées, leur plus belles expériences du réel.

Vous revivez tel que vous fûtes
À la fleur de vos mouvements
Dans le rayon de la minute
Où vous étiez parfaitement.

Charles Maurras

Les disciples de Platon cherchaient dans le ciel des idées, les formes pures qui les aideraient à comprendre les choses imparfaites d'ici-bas. Quelle est donc cette Justice parfaite, dont nous avons la nostalgie? Et comment expliquer cette nostalgie -qui se manifeste sous la forme de l'indignation devant l'injustice- s'il n'existe pas une Justice parfaite dont nous avons conservé quelque souvenir?

L'au-delà, désormais, c'est le réel, les formes pures ce sont ces objets irradiants évoqués par Hofmanstahl. Depuis que l'artifice est devenu notre élément, à quoi pouvons-nous aspirer? Au-delà de l'artifice, il n'y a qu'un artifice à la seconde puissance, qui prend souvent la forme d'une certaine spiritualité à la fois exangue et inconsistante. C'est en régressant en deça de l'artifice, en revenant au réel que l'on peut trouver, sinon le véritable au-delà, du moins le prérequis de toute extase authentique, les racines qui permettent à l'âme de projeter son feuillage dans le vrai ciel.

À l'enfant qui se réfugie trop souvent devant un écran cathodique, celui de la télé ou celui de l'ordinateur -ils se confondront bientôt-, il faut offrir l'accès au réel, en utilisant la contrainte s'il le faut à l'occasion. Une vieille bicyclette sur laquelle on se blessera, ce dur contact avec le réel est encore préférable à la sécurité dans l'artifice et il donne tout son prix à l'aspect doux et joyeux du même réel: l'amour maternel, la première verdure.

De la première à la dernière heure de la vie, il faut faire échec à l'artifice -et lui donner par là la plénitude de son sens- en créant un climat propice au réel, en aménageant le temps et l'espace en fonction de ce climat.

L'autoroute électronique, comme hier la procréation artificielle, entraînera dans son sillage tout un cortège d'éthiciens et juristes qui viendront arpenter le terrain qu'elle occupe déjà. Ce travail d'analyse et d'encadrement est nécessaire, il éloigne le pire et permet peut-être de l'éviter dans certains cas. S'ils le font bien, les Canadiens français découvriront peut-être, avant qu'il ne soit trop tard, que pour les Canadiens anglais qui en ont le contrôle total, l'autoroute électronique a la même valeur symbolique que les chemins de fer du siècle dernier. Mais les plus beaux principes que l'on trouvera de cette façon resteront lettre morte en l'abscence d'un climat général qui favorise le retour au réel.

Ce climat, il faut le créer simultanément dans l'espace privé et dans l'espace public. Le réel pour l'être humain, c'est d'abord l'autre être humain. Il faut donc, en tout premier lieu, remédier aux deux séquelles paradoxales de la multiplication des moyens de communicaton: la solitude et l'exclusion sociale.

C'est le mot empowerment qui revient le plus souvent dans le discours de ceux qui, aux États-Unis, s'efforcent de donner un sens à l'autoroute électronique. Cette dernière, disent-ils, doit d'abord servir à accroître le sentiment de puissance et de dignité. Une telle métamorphose suppose une régénérescence qui elle-même suppose un réenracinement dans le réel.

«Et si nous allions voir les oiseaux...»

Autres articles associés à ce dossier

La «cyberdépendance»

Jean Garneau

Les médias parlent beaucoup de la «cyberdépendance» et de ses dangers. On la compare à l'alcoolisme, à la toxicomanie et au «gambling» compuls

La cathédrale et le bazar

Traduction du texte célèbre de Eric Raymond, The Cathedral and the Bazaar. Eric Raymond, un informaticien impliqué dans les projets de développeme

L'essaim d'Internet dans les pays lointains

Claude Gagnon

Imaginez: faire le design de sites Internet pour des organisations communautaires au Chili, aux Philippines ou en Europe de l'Est; envoyer, à parti

Terminologie d'Internet

Marcel Bergeron

Voici la première entrée de l'ouvrage des terminologues de l'OLF, qui témoigne de la profondeur d'une recherche qui se situe dans le droit fil de l

Cyberculture et encyclopédisme

Jean-Claude Guillebaud

Jean-Claude Guillebaud reprend ici un thème cher à Michel Serres.

Atelier Internet

Site de l'Atelier Internet, de l'École nationale supérieure. On y trouve les travaux de l'équipe de recherche «Réseaux, savoirs et territoires»,

Réseau OUTI

Réseau d'observation de l'utilisation des technologies de l'information et des inforoutes dans le secteur public, qui a pour objectif la modernisatio

À lire également du même auteur

Le nouveau Vieux Couvent de Neuville
Un bâtiment rénové de l'intérieur et de l'extérieur

Le Médiateur unique à l'heure du multimédias
Témoignage montrant que l'idée et la réalité d'un Dieu incarn&ea

Passeport vaccinal : libérateur ou liberticide ?
La réponse dépend de la conception que l’on a de la liberté

Quel sort attend les trésors du passé ?
Ne conviendrait-il pas, pour les conserver vivants, de les rassembler dans une polythèque id&

Serge Bouchard et l'Agora
Autour de Serge Bouchard, un consensus sans amalgames

Marie de l’Incarnation telle qu’en elle-même
En lien avec un article de Carl Bergeron dans le numéro du printemps 2021 de la revue Argumen

Robert Lepage ou le complexe d’Héphaïstos
Contre la technique, tout contre

Yves Martin : le plus humain des hauts fonctionnaires
Un homme dont il faudra se souvenir pour achever une grande oeuvre dans l'esprit où il l&




Nos suggestions