L'homme affligé à la naissance

Pline l'Ancien
Le spectacle des crimes horribles perpétrés par Néron aurait plongé Pline dans les considérations les plus sombres et les plus pessimistes sur le genre humain. Nulle part peut-être cette amertume ne se fait sentir que dans les premiers passages du livre VII de ses Histoires naturelles. Ici , le grand compilateur de l'Antiquité, émerveillé et inlassablement curieux de la diversité du monde, cède le pas au stoïcien : « L'homme seul ne sait rien sans l'apprendre, ni parler, ni marcher, ni se nourrir ; en un mot, il ne sait rien spontanément que pleurer. Aussi beaucoup ont-ils pensé que le mieux était de ne pas naître, ou d'être anéanti au plus tôt.»
Le monde, et dans le monde la terre, les nations, les mers notables, les îles, les villes, se comportent comme il a été dit (III, IV, V, VI). L'histoire des animaux qui le peuplent, si toutefois l'esprit humain, peut, là, tout parcourir, offre à la contemplation un spectacle qui n'est inférieur à aucune autre partie. Il est juste de commencer par l'homme, pour qui la nature paraît avoir engendré tout le reste; mais à de si grands présents, elle oppose de biens cruelles compensations ; et il est permis de douter si elle est pour l'homme une bonne mère, ou une marâtre impitoyable. D'abord il est le seul de tous les animaux qu'elle habille aux dépens d'autrui; aux autres elle accorde des vêtements variés, des tests, des coquilles, des cuirs, des piquants, des crins, des soies, des poils, du duvet, des plumes, des écailles, des toisons. Elle a protégé contre le froid et la chaleur le tronc même des arbres par une écorce quelquefois double. L'homme est le seul que, le jour de sa naissance, elle jette nu sur la terre nue, le livrant aussitôt aux vagissements et aux pleurs. Nul autre parmi tant d'animaux n'est condamné aux larmes, et aux larmes dès le premier jour de sa vie. Mais le rire, grands dieux ! le rire même précoce et le plus hâtif, n'est accordé à aucun enfant avant le quarantième jour. Après cet apprentissage de la lumière, des liens, épargnés même aux bêtes nées dans la domesticité, le saisissent et garrottent tous ses membres. Heureuse naissance ! le voilà étendu pieds et mains liés, pleurant, lui, cet être qui doit commander aux autres ! et il commence la vie par des supplices, sans avoir commis autre faute que celle d'être venu au monde ! Quelle démence que de se croire, après de tels débuts, des droits à l'orgueil !

À la première apparence de force, par le premier bienfait du temps, il devient semblable à un quadrupède. Quand a-t-il la marche d'un homme ? quand la voix ? quand sa bouche est-elle capable de broyer les aliments ? combien de temps ne sent-on pas des battements au haut de sa tête, indice de la plus grande faiblesse entre tous les animaux ? ajoutez les maladies et tant de remèdes inventés contre les maux, et que parfois de nouveaux fléaux rendent inutiles. Les animaux sont guidés par leurs instincts ; les uns ont une course rapide, les autres un vol impétueux, d'autres nagent : l'homme seul ne sait rien sans l'apprendre, ni parler, ni marcher, ni se nourrir ; en un mot, il ne sait rien spontanément que pleurer. Aussi beaucoup ont-ils pensé que le mieux était de ne pas naître, ou d'être anéanti au plus tôt.

À lui seul entre les animaux a été donné le deuil, à lui le luxe, et le luxe sous mille formes et sur chaque partie de son corps ; à lui l'ambition, à lui l'avarice, à lui un désir immense de vivre, à lui la superstition, à lui le soin de la sépulture, et le souci même de ce qui sera après lui. Aucun n'a une vie plus fragile, aucun des passions plus effrénées pour tout chose, aucun des peurs plus effarées, aucun de plus violentes fureurs. Enfin les autres animaux vivent honnêtement avec leurs semblables ; nous les voyons se réunir et combattre contre des espèces différentes ; les féroces lions ne se font pas la guerre entre eux ; la dent des serpents ne menace pas les serpents ; les montres même de la mer et les poissons ne sont cruels que pour des espèces différentes. Mais certes c'est de l'homme que l'homme reçoit le plus de maux.

Autres articles associés à ce dossier

Où sont passés les hommes au Québec?

Gary Caldwell

Historiquement, les hommes québécois semblent avoir évité les confrontations soutenues avec la femme québécoise. Le féminisme militant des dern

L'homme bionique

Jacques Dufresne

Le mal n'est pas d'abandonner l'homme à lui-même et à sa liberté mais de vouloir absolument le transformer en quelque chose de mieux.

L'homme n'est point une énigme

Voltaire

Rarement Voltaire aura croisé un adversaire plus à sa mesure que Pascal. Tout chez l'auteur des Pensées attise la verve ironique du maître de Fern

L'Épitaphe de Villon

François Villon


L'homme-machine ou l'homme intégral?

Jacques Dufresne

«Les idées relatives à l’essence et à l’origine de l’homme n’ont jamais été moins sûres, plus indéterminées et plus d

Être clou

Serge Bouchard

Que l'homme soit un clou pour l'homme. Le jeu de mots était irrésistible. L'homme n'est-il pas « en trop » &

Les conceptions de l'homme

Jacques Dufresne

«Les idées relatives à l’essence et à l’origine de l’homme n’ont jamais été moins s&u

De l'homo faber à l'homo sapiens

Jean Proulx

Critique de la technique et de ses recettes faciles pour oublier la condition humaine.

À lire également du même auteur

Les insectes
Tiré de l'Histoire natuelle de Pline l'Ancien, édition et choix d'Hubert Zehnacker, Paris, Gallima

Histoire de la peinture dans la Grèce antique des origines à Apelle
Histoire de la peinture dans la Grèce antique telle que la raconte Pline dans son Histoire naturell

Décadence de l'art à Rome du temps de Pline l'Ancien
On chercherait en vain dans l'Histoire naturelle de Pline l'ancien une théorie sur l'art ou quelque




Nos suggestions