Le plus bel arbre du Québec : un concours à organiser ?

Stéphane Stapinsky

Le Woodland Trust, le plus important organisme de bienfaisance voué à la conservation des forêts au Royaume-Uni, organise un concours afin de déterminer quels sont les plus beaux arbres situés dans les quatre régions du pays : Angleterre, Écosse, Pays de Galles et Irlande du Nord.

On peut voir sur le site internet de l’organisme quels sont les finalistes pour l’année 2016. Voici les liens qui permettent d’accéder à la présentation des arbres choisis. La visite en vaut la coût.

 

Angleterre

http://www.woodlandtrust.org.uk/visiting-woods/tree-of-the-year/england/

Écosse

http://www.woodlandtrust.org.uk/visiting-woods/tree-of-the-year/scotland/

Pays de Galles

http://www.woodlandtrust.org.uk/visiting-woods/tree-of-the-year/wales/

Irlande du Nord

http://www.woodlandtrust.org.uk/visiting-woods/tree-of-the-year/northern-ireland/

On en tremble presque de voir certains de ces arbres, multi-centenaires et même millénaires, représentants vénérables du règne végétal qui paraissent s’acheminer tout doucement vers le règne minéral… On imagine sans peine ce que des peintres comme Blake ou Goya, ou encore les romantiques allemands, auraient fait de tels monuments feuillus…

Les gagnants se verront attribuer une bourse qui permettra à leurs propriétaires de défrayer les coûts d’un examen de santé de l’arbre, de produire des documents à caractère éducatif mettant en valeur le précieux spécimen, ou tout simplement d'organiser un événement en l'honneur du lauréat..

À la suite de la visite de ce site, une question m'est venue : le Québec est un pays forestier. Quand organisera-t-on ici un tel concours ?

Un concours à organiser au Québec... mais il existe déjà !

Eh oui!, au moment de publier ce texte, je découvre qu'un concours semblable existe ici  depuis… 2015. Il est organisé par des organismes et des revues de vulgarisation scientifique, mais il est encore trop peu connu. Un site web a été créé afin d’en faire la promotion (http://www.arbredelanneequebec.com/). On peut y lire la liste des nombreux partenaires associés au projet :

Les Amis du Jardin botanique de Montréal, éditeur de la revue Quatre-Temps, avec les magazines et organismes de vulgarisation scientifique francophones suivants : l’Agence Science-Presse, Les Cercles des jeunes naturalistes, Curium, Les Débrouillards, Les Explorateurs, Nature sauvage, QuébecOiseaux, Québec Science, Science pour tous et l’Association pour l’enseignement de la science et de la technologie au Québec (AESTQ) et l’Association francophone pour le savoir (ACFAS).

Sur un plan plus pratique, on y apprend ce qui suit :

« Le public est invité à élire l’Arbre de l’année Québec. Un jury composé de personnalités du milieu de la vulgarisation scientifique étudiera l’ensemble des candidatures pour désigner quatre finalistes. Dans leur évaluation, les membres du jury tiendront compte de l’histoire de l’Arbre candidat, de son importance culturelle, affective, sociale, symbolique et historique, ainsi que de ses caractéristiques botaniques et esthétiques. »

Cette année, c’est un orme majesteux dont les racines sont bien en terre dans la petite ville montérégienne de Farham, qui a conquis le cœur du public.

Voici un extrait du texte de M. Jean-Philippe Choinière, qui a présenté l’arbre lors de l'édition 2016 du concours :

« Je suis un orme d’Amérique majestueux, l’un des rares survivants de la graphiose qui a décimé mes frères par millions. Mon histoire est longue de 200 hivers […] j’ai survécu à une tornade en 1983 ainsi qu’au verglas de 1998, qui m’a pris la moitié de mes branches. Je suis devenu avec les années un lieu traditionnel de rencontre pour la famille et les amis. J’ai été l’hôte d’un grand mariage et le sujet de plusieurs conversations. On vante ma stature imposante, mais je crois que ma beauté vient avant tout des souvenirs imprégnés dans mon tronc. J’ose rêver que le meilleur reste à venir, que les cerfs-volants continueront de me dépasser dans le ciel et que vous reviendrez ouvrir vos paniers d’osier sous mes feuilles. Déposez votre oreille sur mon écorce et écoutez chacune de mes feuilles. Respirez-moi et continuez à vous balancer en me racontant vos rêves. Prenez le temps d’écouter le bruissement de mes feuilles vous chuchoter : ʺAllez-y, tout est possibleʺ ». 

Ce concours québécois si inspirant est encore trop peu connu. Il faut à tout prix en faire la promotion. Allez dans votre cour, parcourez vos terres, et trouvez celui qui sera le plus bel arbre du Québec 2017 !

À lire également du même auteur

Le temps homogénéisé
Qu’en est-il du temps libre aujourd’hui? Alors que dans les années 1960 et 1970,

Une sous-famille au sein des « radicalités convergentes » : le postlibéralisme (Blue Labour-Red Tories)
Le mot conservateur reviendra souvent dans ce texte. Même dans une expression comme conservateur de

Hors du Réseau point de salut
Quand la lutte contre le terrorisme sert de prétexte pour  inculper les objecteurs de co




Nos suggestions