Le culte du record

Jacques Dufresne
Dis-moi tes jeux et je te dirai qui tu es.
Les records sont le principal centre d'intérêt des Jeux Olympiques modernes. Tous les yeux du monde sont tournés vers les tableaux indiquant que tel ou tel record a été dépassé; d'un millième de seconde peut-être, mais qu'importe, on raffinera la mesure jusqu'au milliardième de seconde plutôt que de reconnaître que la limite a été atteinte.
Ce phénomène n'est pas anodin. Il illustre, en l'enseignant à l'humanité entière, une philosophie qui, condition des plus grands succès de podium, est aussi la cause de bien des malheurs pour les individus et de bien des dangers pour l'espèce.
Voyez le canneton qui, à peine sorti de son oeuf, court vers la mare la plus proche. Et voyez l'enfant qui, sur la plage, aperçoit la mer et court vers elle. La volonté est absente dans le cas du canneton. L'instinct seul determine le mouvement. Dans le cas de l'enfant, son rôle est négligeable. Dans l'un et l'autre cas, l'image du monde, la mare, la mer, indique le but du mouvement et le facilite mystérieusement. Une pièce vivante dans une maison exerce sur nous le même attrait fécond.
Les poids et haltères ont plutôt pour effet de nous repousser, du moins si nous ne sommes pas des Hercules de naissance. Pour les soulever de manière répétitive, il nous faut faire des efforts de volonté, efforts dont le but n'appartient pas à la sphère de la vie, mais à celle de la quantité, car il s'agit d'un exploit vérifié par des mesures chiffrées, d'un dépassement objectif de soi-même et un jour, peut-être, du record mondial.
Le plaisir, dans ce cas, est aussi bien différent de celui qui accompagne la course de l'enfant vers la mer. Dans ce dernier cas, le plaisir est l'émoi de la nature lorsqu'elle s'accomplit. Un tel plaisir est l'expression de la vie universelle. Le plaisir qui accompagne un acte volontaire est une satisfaction du moi. Spinoza disait que «la béatitude n'est pas la récompense de la vertu mais la vertu elle-même». On peut dire que le plaisir de nature n'est pas la récompense d'un acte, mais cet acte lui-même. Tandis que le plaisir de l'haltérophile est la récompense de ses actes, par rapport auxquels il demeure extérieur.
Accomplissement dans un cas, performance dans l'autre. Pour Ludwig Klages, un grand maître dans les analyses de ce genre, le culte du record, de la performance, est un phénomène hystérique. Il témoigne d'une grande pauvreté vitale compensée par la complaisance dans le formalisme et le besoin de représentation. «La personnalité hystérique écrit Klages, est caractérisée par la réaction du besoin de représentation sur le sentiment de l'impuissance à vivre». Incapable de jouir du plaisir de naturel, qui n'a pas besoin de s'offrir en spectacle pour exister, le recordman obtient en progressant sur l'échelle chiffrée un plaisir égotiste si peu authentique qu'il a besoin de l'approbation de spectateurs pour se rassurer sur lui-même»1. Un trait décisif de l'attitude de l'hystérique, c'est la dépendance à l'endroit du spectateur. Il est un porteur de masque chez lequel le masque serait devenu chair, ou plutôt derrière le masque duquel se trouve, non un être vivant, mais un engrenage prêt à suivre les injonctions du masque.»2

Notes
1) Klages, Ludwig, Les principes de la caractérologie, Delachaux et Niestley, Paris 1950, p. 113.
2) Ibid.

Autres articles associés à ce dossier

Au commencement était le rythme

Boris Chapuis

Commentaire de la première traduction française de La nature du rythme, Ludwig Klages, préfacé et traduit par Olivier Hanse, éd. L’Harmatta

Carus Carl Gustav

Jacques Dufresne


L'hystérie selon Klages

Gustave Thibon

La science du caractère d'où est tiré ce passage est une oeuvre de jeunesse de Gustave Thibon. Converti de fraîche date au catholicisme, encore s

Le record et l'hystérie

Jacques Dufresne

Pour comprendre parfaitement ce passage, intéressant et intelligible en lui-même, il faut se reporter aux distinctions de Klages entre les mobiles e

La pensée de Klages

Jacques Dufresne

Voici une philosophie qui nous parâit de plus en plus étrange au fur et à mesure que tout en nous et hors de nous devient machine.

À lire également du même auteur

Simone Weil et la tradition dualiste- Deuxième partie
Simone Weil et les religions dualistes




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ