Rivarol selon Barbey d'Aurevilly

Jules Barbey d'Aurevilly
«… Un métaphysicien pittoresque, qui donnait du relief à l’abstrait. »

Les œuvres et les hommes (2e série) – IX. Les philosophes et les écrivains religieux, Quantin, 1887, p. 119


« Rivarol fut un dissipateur immense. Mais il était né riche comme tous les grands dissipateurs. Il avait les facultés les plus hautes, les plus profondes et les plus variées. Il aurait pu laisser après lui quelque monument immortel, mais la puissance nous ôte peut-être le désir. Voluptueux intellectuel, il se contenta de s’enivrer du plaisir qu’il donnait aux autres, et il le donnait sur place, à l’instant même – avec l’idée, avec l’image, avec la parole, le geste, le regard, la voix, jouissant de son esprit comme les femmes de leur beauté ! »

Les œuvres et les hommes (1ère série) – VI. Les critiques, ou les juges jugés, Frinzine et Cie, 1885, p. 247

Autres articles associés à ce dossier

Rivarol

Charles-Augustin Sainte-Beuve


Quelques pensées de Rivarol

Antoine de Rivarol


Rivarol

Remy de Gourmont


Vers au chevalier de Rivarol

Voltaire

Court poème écrit en 1777, soit un an avant la mort de son auteur.

La vie paresseuse de Rivarol

Marc de Préaudeau

Compte rendu critique de l'ouvrage de Louis Latzarus, La vie paresseuse de Rivarol, paru en 1926.

La mort de Rivarol

Les derniers moments de Rivarol, évoqués par un de ses compagnons d'infortune sur les routes de l'exil.

À lire également du même auteur




En marge de la Conférence de Glasgow