La reine de Saba

Raoul Ponchon
Sept cents épouses, mais...
En lisant les vers... mystiques
Du Cantique des Cantiques
La jeune Balkis pensa
«Je me sens le coeur champêtre;
Dieu, quel gaillard ce doit être
Celui qui vous exhala!

«C'est tout à fait mon affaire
Comme je n'ai rien à faire
Je brûle de l'aller voir.
Sommes aujourd'hui le douze;
Le treize donc je l'épouse,
C'est là mon plus cher espoir.»

Elle appelle sa nourrice,
Lui dit son royal caprice,
Et voilà la chère enfant
Qui se pare, se bichonne,
Puis elle califourchonne
La trompe d'un éléphant.

Derrière elle hurle, bêle,
Glapit une ribambelle
D'okopis et de jumarts,
Chargés d'or, d'encens, d'ivoire...
D'autruches à n'y pas croire,
De chameaux de cauchemar;

Autant de dons pour le Maître.
Et pendant un kilomètre
C'est un émerveillement.
Bientôt la petite folle
Donnait une croquignole
À son cousin Soliman.

Heureusement que le sire
Était en humeur de rire,
Mais quand il sut ses projets
«Songe, avant que tu t'enflammes
Que j'ai déjà sept cents femmes.
- Las! dit-elle, je le sais.

Puis ils se mirent à table.
Les mets les plus délectables
Furent servis, et des vins
Indiscutables, sublimes,
Émoustillant leurs escrimes
Sur l'homme et ses quatre fins.

Il lui lançait des répliques
Définitives, bibliques,
Pour montrer son gai savoir.
Et la mignonne princesse
Sentait, sous tant de sagesse,
Son petit coeur s'émouvoir.

Car il parlerait encore,
Mais voici qu'elle l'implore
Et du geste et du regard
«C'est l'heure de la sieste,
Va, tu me diras le reste
Sur le minuit - pour le quart.»

Le lendemain, autre antienne.
La petite Sabéenne
Avait l'air désappointé.
«Il a raison, pensait-elle,
Ce Soliman en dentelle,
Tout sur terre est vanité.

Et comme le vieux monarque
Voyant qu'elle se rembarque
Lui fait voir un gros souci
Et lui jure sur son âme
Qu'il veut la prendre pour femme,
Elle lui répond: «Merci

Pour les trésors de sagesse
Dont tu me fis grand largesse,
Mais, au pays de Saba,
Nous tenons pour un principe
Qu'il n'est pas besoin de pipe
À qui n'a pas de tabac.»

Autres articles associés à ce dossier

Pour une jeunesse unisexe?

Jacques Dufresne

Extrait d'un texte écrit à l'occasion de l'année de la jeunesse, 1985.

À lire également du même auteur

Sonnet à Chevreul
À la manière de Ronsard, ou plutôt à sa manière de Ronsard.

Messes et fleurs
Une fleur vaut bien une messe.

Le pape doit manger seul
Le Protocole du Vatican veut que le Pape prenne ses repas tout seul.

Le gigot
Est-ce s'abaisser à un sujet vil que de célébrer ainsi le gigot?

La question du fromage
Le meilleur fromage est toujours celui de son rivage, mais au-dessus de tous les paysages trône le

La Pouche-en-fleur
Ponchon par lui-même. Pouche en fleur! On l'appelait ainsi parce que sur les registres de l'État c




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ