La dissection au Québec

Jacques Dufresne
Au Québec au XlXe siècle, la dissection était interdite et les étudiants en médecine se livraient à toutes sortes de manoeuvres, y compris aux vols de cadavres pour pouvoir satisfaire leur curiosité anatomique. Le vol des cadavres coïncide en effet avec l'établissement des écoles de médecine: I'École de médecine incorporée, à Québec en 1848 (qui devenait 6 ans plus tard, l'École de médecine de l'Université Laval) et à Montréal, la Montreal Medical Institution fondée en 1822 et affiliée au Collège McGill en 1829. Avant la création d'écoles, les études se faisaient par apprentissage chez un médecin où l'on n'apprenait guère l'anatomie que dans les livres. C'est en 1883 seulement qu'on adopta une loi édictant que tout individu, décédé dans un établissement et n'ayant pas été réclamé après 48 heures, devait être remis à une école de médecine pour l'enseignement de l'anatomie. Pendant une cinquantaine d'années, les étudiants en médecine se livrèrent donc au vol des cadavres dans les cimetières du Québec. Ces vols


    étaient réprouvés par la société et les journaux les dénonçaient avec vigueur. Le Canadien du 18 février 198 publiait un avis aux étudiants en médecine: après huit heures, au cimetière, on tire.

Autres articles associés à ce dossier

La dissection en Europe

Jacques Dufresne


À lire également du même auteur

Marie de l’Incarnation telle qu’en elle-même
En lien avec un article de Carl Bergeron dans le numéro du printemps 2021 de la revue Argumen

Quel sort attend les trésors du passé ?
Ne conviendrait-il pas, pour les conserver vivants, de les rassembler dans une polythèque id&

Robert Lepage ou le complexe d’Héphaïstos
Contre la technique, tout contre

Yves Martin : le plus humain des hauts fonctionnaires
Un homme dont il faudra se souvenir pour achever une grande oeuvre dans l'esprit où il l&

Le nouveau Vieux Couvent de Neuville
Un bâtiment rénové de l'intérieur et de l'extérieur

La révolution du direct
Titre: La révolution du direct. Sous-titre: l'informatique comme méta profession.

Du cimetière marin de Sète à celui de Deschambault
Le cimetière de Deschambault: un autre  lieu en attente d'un poète et d'u

Patrimoine religieux : de l’esprit des lieux aux lieux de l’esprit
"Nous choisissons la forme de nos bâtiments, plus tard ce sont eux qui déterminent




Nos suggestions