Otium et negotium dans la Rome antique

Jean Touchard

Extrait de: Jean Touchard, avec la collaboration de Louis Bodin, Pierre Jeannin, Georges Lavau et Jean Sirinelli, Histoire des idées politiques. Tome premier. Des origines au XVIIIe siècle. Troisième édition mise à jour. Paris, Presses universitaires de France, 1967 (p. 62)

Il faut [...] ajouter que le génie romain est ailleurs que dans la réflexion: quand Cincinnatus lâche l'épée c'est pour la charrue. Tout arrêt de l'action, toute retraite, fût-elle studieuse, fût-elle tournée vers la politique, choque un Romain comme Caton. L'otium, c'est-à-dire le délai que l'on s'accorde, le loisir que l'on prend, sera une dure conquête à Rome et devra constamment se justifier par l'efficacité. Quand les jurisconsultes consacreront la moitié de leur année à un séjour campagnard, ils s'excuseront par la nécessité d'organiser leur documentation et leur jurisprudence. Le loisir des Grecs, si plein de réflexions, de discussions et d'études qu'il a fini par signifier école [...], inspire aux Romains une méfiance instinctive, et pour eux la réflexion systématique est avant tout perte de temps; l'histoire de leurs idées est tout émaillée de réflexion dont le «primum vivere (il faudrait dire: agere) deinde philosophari» est l'axiome premier et encore la plupart n'ont-ils jamais trouvé le temps de passer à la deuxième partie de ce programme; sans regret du reste, puisque le mot «philosopher» lui-même sera longtemps l'objet d'un dédain irrité ou amusé. Il faudra bien du temps et une situation nouvelle pour qu'avec les Tusculanes ressuscite le goût des longues discussions et des échanges de vues d'où l'urgence est exclue. Pour l'instant il faut faire la guerre, administrer et gagner de l'argent. C'est pourquoi les idées politiques de Rome adhéreront si étroitement à l'action qu'elles en seront parfaitement indissociables. C'est sans doute à des traits de cet ordre que l'on se réfère lorsqu'on parle du fameux réalisme romain.

Autres articles associés à ce dossier

Temps libre et loisir

Bernard Lebleu

Nous nous définirons à l'avenir autant par le travail que par l'usage que nous ferons de notre temps libre.

Un fabuleux renversement

Jacques Dufresne

C'est au sommet de la société que l'on travaille le plus aujourd'hui. L'auteur interprète ce renversement à la lumière des propos de Schopenhauer

L'espace urbain pervertit par les «loisirs»

Susan G. Davis

Texte de la présentation: «C'est le centre des villes qui est désormais la cible des entreprises de "loisir familial" conditionné telles




Articles récents

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.