Rêve de Watteau

Émile Nelligan
Quand les pastours, aux soirs des crépuscules roux
Menant leurs grands boucs noirs aux râles d'or des flûtes,
Vers le hameau natal, de par delà les buttes,
S'en revenaient, le long des champs piqués de houx;

Bohèmes écoliers, âmes vierges de luttes,
Pleines de blanc naguère et de jours sans courroux,
En rupture d'étude, aux bois jonchés de brous
Nous allions, gouailleurs, prêtant l'oreille aux chutes

Des ruisseaux, dans le val que longeait en jappant
Le petit chien berger des calmes fils de Pan
Dont le pipeau qui pleure appelle, tout au loin.

Puis, las, nous nous couchions, frissonnants jusqu'aux moelles,
Et parfois, radieux, dans nos palais de foin,
Nous déjeunions d'aurore et nous soupions d'étoiles.

Autres articles associés à ce dossier

Watteau

Albert Samain


L'Embarquement pour Cythère

Théophile Gautier


Un voyage à Cythère

Gérard de Nerval


Article «Watteau» de la Grande Encyclopédie

G. Lafenestre

Article «Watteau» publié dans la Grande Encyclopédie (1885-1902).

Sonnet Watteau

Jean Richepin


Antoine Watteau

Marcel Proust


À lire également du même auteur

Ma mère
Le poète est fils de la poésie.




Nos suggestions