L'éducation physique au XIXe siècle: Jahn et Ling

Bernard Lebleu
Jahn met la gymnastique au service de l'Allemagne. Ling, l'inventeur de la gymnastique suédoise, la place au service de l'individu et de l'harmonie du corps
On assiste à l'aube du XIXe siècle, à une série de développements importants dans l'histoire de l'éducation physique. Les nationalismes exacerbés par les guerres napoléoniennes trouvent en chaque pays des voix patriotiques pour insuffler de l'ardeur à une jeunesse qui n'est jamais assez brave, assez volontaire.

En Allemagne, Friedrich Jahn, rêvant d'une nouvelle Sparte, une nouvelle enclave dorienne au cœur de l'Europe, entend redonner à la jeunesse allemande le courage et l'énergie de ses ancêtres pour vaincre l'ennemi français. Inspiré par les expériences pédagogiques innovatrices de Pestalozzi, soutenu par une lecture partielle, raciste, des Discours à la nation allemande du philosophe Fichte, Jahn, qui déplore la consonnance non germanique du mot gymnastique, développe dans Die deutsche Turnkunst, une gymnastique spécifiquement allemande, le Turnen (mot dérivé du tournoi médiéval), au service de la liberté allemande et de l'égalité des Allemands entre eux. Il préconise des jeux dans lesquels domine toujours l'idée de la guerre, où s'opposent des partis inégaux en nombre mais dont le moins nombreux inclut les plus forts; les Turner, ces jeunes, dont le costume identique souligne l'égalité, apprennent à courir et lutter, se cacher, ramper, se chercher, fuir et se poursuivre. Pour développer l'adresse, Jahn invente des exercices aux appareils (barres parallèles, anneaux, cheval d'arçon). Ces mêmes exercices sont encore au programme des Jeux olympiques.

«Vivre de bonne heure avec son semblable et en dépendant de lui, telle est la voie de la grandeur de l'homme». Rien, dans l'esprit de Jahn, ne prépare mieux à la vie en commun que la pratique en commun des exercices physiques. Des Turnlehrer servent de maîtres et conseillent à chaque Turner les exercices appropriés. En dépit des excès patriotiques des troupes de Turnerschaft, qui lui vaudra d'être emprisonné, l'éducation toute morale et collectiviste que vise Jahn à travers une série d'exercices d'inspiration martiale, suscitera un vif engouement. Près de 2000 Turnplätze et Turnhallen, places publiques consacrées à l'éducation physique et militaire, couvriront le pays tout entier à une certaine époque.

Les méthodes développées par Jahn seront éventuellement remplacées par la gymnastique développée par le suédois Ling, qui connaîtra une immense popularité à travers toute l'Europe au xixe sous le nom de gymnastique suédoise. Émule moderne d'Hérodicos (voir page 8), Ling trouve d'abord dans l'exercice physique des ressources pour soigner une santé chancelante. Reconnu pour être l'inventeur de la gymnastique scientifique, Ling développe néanmoins une philosophie de l'exercice qui va au-delà du simple empirisme. «Le point de départ de Ling est la Vie» explique l'historien Ulmann. Lorsque la vie s'unit à la matière, elle agit sous la forme d'une «force vitale». Cette force agit à travers trois formes distinctes. Dans sa forme dynamique, liée à la connaissance, la «vie tente de s'échapper de la matière» et «s'oubliant elle-même comme individu, elle cherche l'amitié avec le Tout.» Les formes chimique et mécanique assurent la pénétration de la matière par la vie. L'organisme humain est fait de parties, mais au sein de cette même pluralité existe un désir de s'unir en un Tout. L'organisme est constamment en lutte non seulement avec l'extérieur, mais avec lui-même. «Il est, selon Ulmann qui rattache les vues de Ling à la philosophie de Schelling et au mouvement romantique, le siège d'une dialectique de l'un et du multiple », dont il s'ensuit que «l'individu n'arrive pas à trouver son être ». Loin d'être orientée vers des résultats immédiats sur l'organisme, la gymnastique de Ling devient, au sein de cette dialectique, un principe visant à favoriser l'unité. Dans la recherche de l'unité de l'âme et du corps, elle sera «gymnastique esthétique »; pour surmonter la douleur ou la dysharmonie elle sera «gymnastique médicale»; par la «gymnastique pédagogique» l'homme apprend à placer «son corps sous sa volonté.» Ling insiste sur la maîtrise des exercices élémentaires. L'homme résoud son unité en apprenant à contrôler, muscle après muscle, chaque partie de son corps. L'homme intégral est celui qui a appris à mettre en harmonie les pulsions contradictoires de cette force vitale qui l'anime. Au-delà d'une vision mécanique, on assiste chez Ling à une intériorisation des processus organiques et mécaniques qui composent le corps. La gymnastique n'est plus, selon la grande tradition gréco-romaine, ce qui permet d'acquérir force, bravoure et agilité. Elle est la voie vers la sagesse du corps pacifié. Elle n'est plus le privilège de l'athlète vigoureux, ou de celui qui se soigne; elle est un principe d'unité accessible à tous, une hygiène corporelle nécessaire dans un monde qui favorise de plus en plus la dispersion des sens et du corps.

Autres articles associés à ce dossier

Rome antique et christianisme

Bernard Lebleu

L'athlétisme grec ne parvint jamais à pénétrer les mœurs des Romains qu'offusquait la nudité des gymnastes

Coubertin: l'autonomie par le sport

Bernard Lebleu

Dans un monde dominé par la concurrence économique, le sport émerge comme une nouvelle religion laïque qui allie l'esthétique grecque à l'esprit

Le sport au Moyen Âge

Bernard Lebleu

Dès le début du XXe siècle, Jean-Jules Jusserand, un ami de Coubertin, a rappelé que le Moyen Âge fut une des époques les plus fastes pour le sp

Thomas Arnold et l'éducation sportive

Bernard Lebleu

Le recteur Arnold ne prisait guère le sport, mais il avait su y voir un remède à l'indocilité de la jeunesse anglaise.

Grèce antique: le sport et la paideia

Bernard Lebleu

De la paideia grecque à l'olympisme moderne, de l'idéal athlétique ancien au culte moderne du sport créateur de valeurs morales, une histoire du s

Hippocrate et Galien

Bernard Lebleu

Hippocrate et Galien sont à l'origine de la tradition médicale en gymnastique

L'éducation physique selon Hippocrate et Galien

Bernard Lebleu

Hiipocrate et Galien sont à l'origine de l'approche médicale en éducation physique.

Gymnastique et éducation du corps dans la Grèce antique

Hippolyte Taine

Extrait de la Philosophie de l'art.

De l'éducation physique

Emmanuel Kant


Friedrich Ludwig Jahn: L'éducation du corps

Friedrich Ludwig Jahn

Fr. L. Jahn est un des grands noms de la gymnastique moderne, avec le suédois Ling. Jahn et Ling sont à l'origine du mouvement en faveur de l'éduca

De l'utilité de la gymnastique

Aristote

Suite de la théorie de l'éducation. De l'utilité de la gymnastique; excès commis à cet égard par quelques gouvernements; il ne faut pas songer

À lire également du même auteur

Les plus belles scènes d'hiver dans l'art nord-américain
Jean Paul Lemieux, Cornelius Kreighoff, Grandma Moses ont en commun d'avoir fait de l'hiver

Tom Thomson - Ombres sur la neige
En 1917, quelques années avant la naissance du Groupe des Sept, Tom Thomson disparaissait dan

Edward Willis Redfield - La carriole
Edward Redfield est considéré comme un des pionniers de l'impressionnisme am&eacut

Lawren Harris - Mont Thule - Île Bylot (Nunavut)
Du Groupe des Sept, c'est Lawren Harris qui rendra le plus vibrant hommage à l'hiver

Rockwell Kent - Resurrection Bay, Alaska
Avant lui, peu d'artistes à part Frederick Church, la grande figure de proue de la Hudson

Maurice Cullen - Dégel printanier à Beaupré
Les scènes hivernales de Maurice Cullen (1866-1934) sont des classiques de l’impression

William Brymner - Le Champ-de-Mars
C’est en grande partie en tant que pédagogue que Brymner a laissé son empreinte

Agnes Tait - Patineurs à Central Park
Skating in Central Park est l’œuvre la plus connue d’Agnès Tait, une brilla




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ