Rockwell Kent - Resurrection Bay, Alaska

Bernard Lebleu

Avant lui, peu d'artistes à part Frederick Church, la grande figure de proue de la Hudson River School, s'étaient intéressés au Grand Nord. C'est là que Rockwell Kent, à la recherche de ce sentiment d'infini et qui disait vouloir peindre le "rythme de ce qui est éternel" s'approcha le plus de l'objet de sa quête. Peintre, graveur, écrivain, aventurier, fermier, fervent militant politique dont les positions lui valurent des démêlés avec le gouvernement américain lors des purges anti-communistes, romantique impénitent aux nombreuses conquêtes, il fut un des artistes préférés du public américain dans la première moitié du siècle, grâce notamment à ses puissantes illustrations du Moby Dick de Melville. Voyageur attiré par les confins du monde, il a parcouru le globe de la Terre de Feu au Groenland, en passant par Terre-Neuve, le Labrador. Il a tenu, en images et en mots, la chronique de la vie sur une base d'exploration au Groënland où il séjourna plusieurs années. Les paysages nordiques convenaient parfaitement à son goût pour les compositions épurées et les formes nettement découpées. Le scintillement de la lumière sur la neige le fascinait, de même que par les icebergs dérivant près des côtes dont la blancheur jette un éclat presque surnaturel. Des expositions récentes ont mis en relief la contribution décisive de Kent à la formation d'un art nordique, son influence directe sur Lawren Harris considéré comme le fondateur du Groupe des Sept.
 

< Précédent Suivant >

Fox Island - Alaska

Le Rideau de Glace




En marge de la Conférence de Glasgow