Féodalisme

Le régime féodal
«On a défini le régime féodal: fusion de la propriété et de la souveraineté. Guérard précise: "Ce qui forme la base de la société féodale, c'est la terre, et quiconque la possède, prêtre ou gentilhomme ou vilain, est dépositaire d'une portion plus ou moins grande de la puissance temporelle". [Tel auteur] n'accepte pas cette définition et croit qu'il conviendrait mieux de dire: «usurpation de la souveraineté par la propriété». Au fond les deux définitions ne sont pas très éloignées l'une de l'autre; c'est parce qu'ils possédaient la terre et qu'ils étaient forts que les fonctionnaires et les grands propriétaires se sont fait donner ou ont usurpé un à un les pouvoirs et les profits de la souveraineté, service militaire, redevances foncières, justice, impôts et autres.

[...] La formation de la féodalité a été lente, complexe et que le principe premier se trouve dans la foi qui liait l'homme à l'homme plutôt que dans la dépendance hiérarchique du fief vassal relevant d'un domaine suzerain.»

ÉMILE LEVASSEUR, Histoire des classes ouvrières et de l'industrie en France avant 1789, t. I, Arthur Rousseau, Paris, 1900

Articles





Nos suggestions