Consécration de Ville-Marie à Notre-Dame de Paris

Lionel Groulx

On imagine difficilement oeuvre mieux conçue, mieux charpentée, fin plus élevée (...). Ces hommes et ces femmes de France dévouent à l'entreprise de Montréal beaucoup plus que leur bourse et que leur travail. Dans une cérémonie touchante, ils y consacrent toute leur personne; ils s'y jettent corps et âme. Vers la fin de février de l'année 1642, à la veille des jours où ils savent que la petite troupe de Maisonneuve va s'acheminer de Québec vers l'île, les Associés se réunissent dans l'église de Notre-Dame de Paris. L'un d'eux. un prêtre, monte à l'autel de la Sainte Vierge pour y célébrer. D'autres prêtres associés font de même aux autels voisins. Tous communient. On consacre l'île de Montréal à la sainte Famille; on la place sous la protection de Marie.

Les Associés se consacrent eux-mêmes, décident de mettre en commun leurs prières et leurs mérites, “afin, dit une chronique du temps. qu'étant conduits par un même esprit, ils travaillassent plus purement pour la gloire de Dieu et pour le salut de ces pauvres peuples”. Rappelons que la compagnie s'est donné le nom de “Société de Notre-Dame de Montréal” et que la future ville, fief de la Vierge, s'appellera Ville-Marie.

À lire également du même auteur

Professionnels et culture classique
Texte d'une causerie prononcée au Séminaire de Sainte-Thérèse (Québec) à la réunion annuelle

L'influence de Maurras au Canada français
Lettre de Lionel Groulx à Jean Bruchési, alors étudiant en France. Elle fut écrite par l'illustr




Nos suggestions