Le transport scolaire et la santé des enfants

Les études de ce genre nous obligent à nous demander si le transport scolaire n'a pas trop fréquemment pour effet de rendre l'enfant incapable de profiter de l'enseignement qui lui est offert à grands frais.

IMPACT DES TRANSPORTS SCOLAIRES SUR LE
SOMMEIL ET LA FATIGUE D’ENFANTS ET D’ADOLESCENTS
DU DÉPARTEMENT DU NORD
S.Bourgeois-Bougrine, P.Cabon, R.Mollard, A.
Coblentz
Laboratoire d’Anthropologie Appliquée, 45 rue des Saints-
Pères 75270 Paris Cedex 06
Cette étude consiste à évaluer la nature et l’ampleur
des perturbations induites par les trajets scolaires
sur le sommeil, la fatigue et l’hygiène de vie des
enfants et des adolescents utilisant les transports scolaires
collectifs. La démarche retenue a consisté à effectuer
une enquête par questionnaires et agenda de
sommeil et d’activité auprès de 1106 élèves du primaire,
du collège et du lycée. Les résultats obtenus
indiquent que la dette de sommeil et la fatigue sont
plus influencées par l’heure du début du trajet aller
que par sa durée. A titre d’exemple on peut citer les
résultats obtenus chez les collégiens : la durée de
sommeil et le pourcentage d’enfants fatigués sont respectivement
de 8h30 et 67% pour un départ avant 7h,
de 9h49 et 47% pour un départ après 8h et de 10h32
et 34% pour les jours sans cours le matin. En raison
de la faible fréquence des moyens de transport, certains
enfants doivent partir tôt de chez eux alors qu’ils
ont de faibles durées de trajet. Il en résulte à la fois
une dette de sommeil et un temps d’attente élevé devant
l’établissement. Les trajets scolaires n’influencent
pas la fréquence et la nature de la prise du petit déjeuner
: le manque d’appétit semble constituer la première
raison justifiant l’absence de petit déjeuner et,
lorsqu’il est pris, sa composition est loin d’être complète.
La durée de présence à l’établissement détermine
le temps consacré aux devoirs scolaires et aux
loisirs. Ces résultats confirment la nécessité d’une réflexion
sur l’harmonisation des transports scolaires,
sur les possibilités d’accueil des enfants à leur arrivée
à l’établissement, sur le temps de présence à l’établissement
et enfin sur la possibilité prise d’“en cas“ pendant
les périodes de récréation, en particulier le matin.

Autres articles associés à ce dossier




Nos suggestions