Le lac

Alphonse Lamartine
Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
Dans la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âges
            Jeter l'ancre un seul jour?
 
Ô lac! l'année à peine a fini sa carrière,
Et près des flots chéris qu'elle devait revoir,
Regarde! je viens seul m'asseoir sur cette pierre
            Où tu la vis s'asseoir!
 
Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes;
Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés;
Ainsi le vent jetait l'écume de tes ondes
            Sur ses pieds adorés.
 
Un soir, t'en souvient-il? nous voguions en silence;
On n'entendait au loin, sur l'onde et sous les cieux,
Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence
            Tes flots harmonieux.
 
Tout à coup des accents inconnus à la terre
Du rivage charmé frappèrent les échos,
Le flot fut attentif, et la voix qui m'est chère
            Laissa tomber ces mots:
 
« Ô temps, suspends ton vol! et vous, heures propices,
            Suspendez votre cours!
Laissez-nous savourer les rapides délices
            Des plus beaux de nos jours!
 
« Assez de malheureux ici-bas vous implorent;
            Coulez, coulez pour eux;
Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent;
            Oubliez les heureux.
 
« Mais je demande en vain quelques moments encore,
            Le temps m'échappe et fuit;
Je dis à cette nuit: «Sois plus lente»; et l'aurore
            Va dissiper la nuit.
 
«Aimons donc, aimons donc! de l'heure fugitive,
            Hâtons-nous, jouissons!
L'homme n'a point de port, le temps n'a point de rive;
            Il coule, et nous passons!»
 
Temps jaloux, se peut-il que ces moments d'ivresse,
Où l'amour à longs flots nous verse le bonheur,
S'envolent loin de nous de la même vitesse
            Que les jours de malheur?
 
Hé quoi ! n'en pourrons-nous fixer au moins la trace?
Quoi ! passés pour jamais? quoi! tout entiers perdus?
Ce temps qui les donna, ce temps qui les efface,
            Ne nous les rendra plus?
 
Éternité, néant, passé, sombres abîmes,
Que faites-vous des jours que vous engloutissez?
Parlez : nous rendrez-vous ces extases sublimes
            Que vous nous ravissez?
 
Ô lac ! rochers muets! grottes! forêt obscure!
Vous que le temps épargne ou qu'il peut rajeunir,
Gardez de cette nuit, gardez, belle nature,
            Au moins le souvenir!
 
Qu'il soit dans ton repos, qu'il soit dans tes orages,
Beau lac, et dans l'aspect de tes riants coteaux,
Et dans ces noirs sapins, et dans ces rocs sauvages
            Qui pendent sur tes eaux!
 
Qu'il soit dans le zéphyr qui frémit et qui passe,
Dans les bruits de tes bords par tes bords répétés,
Dans l'astre au front d'argent qui blanchit ta surface
            De ses molles clartés!
 
Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire,
Que les parfums légers de ton air embaumé,
Que tout ce qu'on entend, l'on voit et l'on respire,
           Tout dise: «Ils ont aimé!»

Autres articles associés à ce dossier

Le temps homogénéisé

Stéphane Stapinsky

Qu’en est-il du temps libre aujourd’hui? Alors que dans les années 1960 et 1970, on anticipait la «civilisation des loisirs&r

Optimisez votre temps dès maintenant

François Gamonnet

On pourrait croire que c'est la vie moderne qui nous amène à courrir toute la journée pour joindre les deux bouts... mais la lecture de Sénèque n

L'horizon temporel d'après Kant et Heidegger

Josette Lanteigne

«Le temps n'est pas, Il y a temps.» (Martin Heidegger)

Le temps qu'on nous vole

Jean Robert

Jean Robert est un architecte qui s'est passionné toute sa vie pour l'histoire urbaine et qui s'est doté au fil des ans des

Conceptions du temps

Jacques Dufresne

On peut associer les conceptions dominantes du temps qui se sont succédées en Occident aux différents instruments de mesure du te

Mesure du temps

Jacques Dufresne


Le temps compressible

Jacques Dufresne


Elsa

Louis Aragon


Le temps linéaire

Gaétan Daoust

Voici le temps linéaire tel que les Occidentaux l'ont conçu. Ceertains auteurs l'appellent aussi le temps fléché.E

Quand la recherche se prend au sérieux

Jacques Dufresne

Mot attribué à un éminent professeur de L'Université McGill de Montréal.

Le temps comprimé

Jacques Dufresne


Laissez les bons temps rouler

Sylvie Escande

"Ces gens que le soleil regarde de travers", disait Rivarol en parlant des Nordiques...Mais quand le soleil vous regarde droit dans les yeux

À lire également du même auteur




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ