La musique russe

Hélène Laberge
De la finesse française, passons à la puissante expression des instincts avec les compositeurs russes de la fin du XIXe: Nous autres, habitants du Nord, disait Glinka, nous sentons autrement: ou les sensations passent sans nous toucher, ou elles affectent profondément notre âme; nous ne connaissons que la gaîté violente ou les larmes amères. L'amour chez-nous est toujours associé à quelque tristesse. Notre mélancolique chanson russe, sans doute possible, est fille du Nord, et peut-être aussi quelque peu orientale.
    C'est au XIXe siècle que la musique russe commença à exercer une influence dans le reste de l'Europe. Lorsque Debussy fera un court voyage en Russie au début du siècle, il découvrira avec admiration cette musique. D'où vient-elle, de quelles sources découle-t-elle? Le jaillissement coloré de la musique russe au XIXe siècle paraît inexplicable à qui ignore l'existence et les caractéristiques des courants précédents: le folklore, la musique religieuse et l'opéra italien.

    Glinka (1804-1857) fut le premier compositeur à s'inspirer de la musique populaire; ayant voyagé en Italie, il se dissociera du sentimento brillante de cette musique auquel il opposera la mélancolique chanson russe. Il souhaitera écrire de la musique russe, une musique jaillie du trésor folklorique populaire. Et il composera le premier opéra russe La vie pour le tsar dont la première représentation eut lieu en 1836 et dont le succès fut immédiat.
    Le Groupe des Cinq formé de Balakirev, Cui, Moussorgski, Rimski-Korsakov et Borodine accentuera le mouvement amorcé par Glinka qu'ils admirent. Ils auront par contre un mépris profond pour Mozart, Bach et en général toute musique classique ou ancienne. (Norbert Dufourcq) Mais ils connaîtront et admireront les oeuvres des compositeurs romantiques Berlioz, Liszt, Schumann et Beethoven, ce dernier avec des réserves!

    Les grandes oeuvres russes

    Les pièces les mieux aimées sont: de Moussorgsky, les Tableaux d'une exposition, orchestrée de façon unique par Ravel et l'opéra Boris Godounov; de Rimsky-Korsakov, Capriccio espagnol, Shéhérazade; de Tchaïkovsky, les ballets Casse-noisette et le Lac des cygnes; de Rachmaninov, le fameux Concerto; de Borodine, Dans les steppes de l'Asie Centrale; de Prokofiev, Pierre et le loup. Mais d'autres oeuvres méritent une oreille extrêmement attentive...

Autres articles associés à ce dossier

À lire également du même auteur

Fernand Dumont et la religion catholique au Québec
Dans les mots de tous,.Fernand Dumont, après nous avoir  donné à comprendr

Lettre de Noël à une amie française sur l'écrivain québécois Mario Pelletier
Lettre de Noël à une amie française, qui a connu le Québec. Sur un é

Vin
Extrait d'un article sur l'histoire de la nourriture cité ailleurs sur ce site.

L'art naïf ou les couleurs de la vie
« En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle &

Jean-Pierre Parra, médecin poète
Dans cet «état de veille permanent», qui devrait être la définition




Nos suggestions