«Le vrai politique est un praticien»

Maurice Barrès
L'homme d'État, le vrai politique, est un praticien. Sans doute, des écrivains et des savants peuvent devenir des hommes d'affaires, mais leur littérature et leur science n'a rien à y voir. Ce qui leur reste de ces nobles cultures ne peut que les gêner. Et si l'on me pressait, je saurais bien dire pourquoi : c'est que la moralité de l'homme pratique diffère de la moralité du théoricien. Le premier va de résultats en résultats, tandis que le second ne peut pas un seul instant perdre des yeux son but idéal. Le théoricien poursuit ce qu'en mathématique on appelle, je crois, une limite, c'est-à-dire un point d'où l'on approche indéfiniment, sans jamais pouvoir l'atteindre.

Autres articles associés à ce dossier

La démocratie représentative et la juridicisation du politique

Marc Chevrier

Communication prononcée le 14 mai 2002 au colloque « La démocratie représentative en état de crise? » de la société québécoise de science po

Libérer la démocratie

Yves Mongeau

Des différentes interprétations de la raison et de l'entendement. Article écrit en collaboration avec Jean Proulx.

Vers l'indépendance?

Hélène Laberge


À lire également du même auteur

Un spartiate sur l'Acropole
Le Voyage de Sparte (1906) de Barrès se voulait une sorte de réplique, aux romantiques bien sûr,

La mort de Venise
«Barrès a été prédisposé par son maître Taine à goûter Venise. Il a, la première fois qu&#




En marge de la Conférence de Glasgow