Un visage pour être aimé

Roland Houde

Le temps est peut-être venu où tous les philosophes du Québec, du Canada, de l’Amérique ont le droit et le devoir de se reconnaître pour soutenir qu’ils sont profondément enfoncés dans la vie des autres, dans une vie commune comme dans la vie commune ou collective. On l’a dit et répété, assez longtemps le philosophe a eu un visage inutile, un corps d’amateur, un projet fictif. Il était une limette dans un cocktail d’hommes religieux ou d’affaires — il y a religion et religion — une lumière rayonnante dans certains salons mondains, outremontains, ultramontains. Aujourd’hui, le philosophe a un visage pour être aimé, une situation normalement heureuse. Il peut être libre et disponible, indépendant et respectueux, capable de s’offrir aux jugements des autres pour mieux se juger lui-même, capable de s’occuper de ses affaires parce que ses affaires l’occupent. Qui n’a pas ou n’a plus à répondre à la question impertinente « À quoi sert la philosophie ? » s’il a la pertinence de se poser à lui-même la question : à quoi je sers ? qui ai-je servi ? de qui suis-je le serviteur ? Qui n’a pas ou n’a plus à répondre à la question qu’est-ce que la philosophie, puisque tout ce que la société ou l’État peut et doit lui demander c’est de répondre de son être philosophe, d’assumer et de se rendre responsable de son langage philosophique, de sa découverte ou vérité propre.

Autres articles associés à ce dossier

La philosophie aujourd’hui, par Marco Jean

Jacques Dufresne

Philosopher aujourd’hui pour retrouver la valeur intrinsèque des choses par-delà l’attrait trompeur que leur confère

Humanities ou philosophie au cégep : un choix déterminant

Nicolas Bourdon

Le gouvernement de la CAQ avec son projet de loi 96 va enfin freiner, bien que timidement, l’exode des étudiants vers les cégeps a

Les derniers philosophes de l'école d'Athènes

Edward Gibbon

«J'ai décrit, nous dit l'historien Gibbon en conclusion de l'Histoire de la décadence et de la chute de l'empire romain (1776), le triomphe de la b

La crise logique

Jean Proulx


À lire également du même auteur




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ