Repas de pauvres

Charles-Louis Philippe
Extrait du roman Charles Blanchard (Paris, Éd. de Nouvelle revue française, 1913).

Le père du petit Charles Blanchard est mort; sa mère vit misérablement du peu d'argent qu'elle gagne en faisant des ménages. La voici qui rentre à midi au pauvre logis où l'attend l'enfant.
En arrivant, elle disait:

- Mon petit, il va falloir manger.

Il lui obéissait, se mettant à table.

Manger n'était pas pour eux une de ces opérations compliquées qui prennent certaines personnes pendant une heure et demie. Leur repas se composait d'un morceau de pain et d'un morceau de fromage. Il offrait pourtant certaines difficultés. Chaque jour la mère disait à l'enfant:

- Allons, essaye de manger du fromage; ça ne te fera pas de mal: moi j'en mange bien!

Jamais il ne put arriver à manger du fromage. Parfois il faisait acte de bonne volonté: il en coupait un morceau. Mais dès qu'il l'avait dans sa bouche, un sentiment d'horreur le prenait tout entier, il avait peur. Il fermait les yeux pour ne rien voir, puis soudain, alors qu'il en était encore temps, il crachait sa bouchée de fromage. Il crachait encore à plusieurs reprises tout ce qu'il pouvait amasser de salive pour bien laver d'un infâme contact sa langue et son palais. Sa mère n'avait plus qu'à se résigner et dire:

- C'est un grand malheur, mon petit, de ne pas aimer le fromage

On ne peut pas absolument dire qu'il mangeait son pain sec. Il avait réalisé une sorte d'invention. Il mettait à part de sa tranche de pain un tout petit morceau. Il se disait: Voilà, ce sera ma pitance, ce sera ce que je mangerai avec mon pain. Il donnait à pleines dents dans la tranche et prenait de sa pitance un miette qu'il ajoutait à sa bouchée de pain. Tantôt il s'imaginait que c'était du saucisson, tantôt une moitié de poire, tantôt de la confiture. Certains jours même il se disait:

- Aujourd'hui c'est du beurre. Il est bien frais.

Charles Blanchard éprouvait toujours un grand soulagement quand il avait terminé son repas. Il disait:

- Ça y est, maman, je n'ai plus faim.

Autres articles associés à ce dossier

La puissance des pauvres

Hélène Laberge

Voici un essai destiné à connaître une longue carrière tant à cause du passé insolite des deux auteurs, que rien ne destinait à se connaître,

Quand la misère chasse la pauvreté

Majid Rahnema

Le sort des miséreux dans les sociétés économicisées rappelle à bien des égards celui de ces personnages embarqués à bord de vieux bateaux su

La pauvreté

Majid Rahnema

Conférence prononcée par Majid Rahnema, dans le cadre du Colloque Philia/L'Agora, le 18 octobre 2003, à Orford au Québec.

Les pauvres gens

Victor Hugo


La pauvreté

Léon Bloy

Seul Villon, qui a lui aussi passé sa vie dans la pauvreté, aurait pu trouver grâce aux yeux de Léon Bloy, qui connut une vie de misère indescrip

Hélas! le crime paie

Jacques Dufresne

La difficulté pour ceux qui sortent de prison est double: ils doivent réintégrer la communauté, mais celle-ci doit aussi être prête à les recev

L'autonomie

Jacques Dufresne

L'heureuse pauvreté selon Charles Péguy

Un pauvre riche

Jacques Dufresne


Les statistiques

Jacques Dufresne





Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ