Robespierre

Antoine de Rivarol
Robespierre, le grand homme le plus petit, & le plus fougueux du Sénat françois. La fragilité de son individu n’a fait qu’irriter son éloquence & qu’augmenter sa gloire. Ses ennemis ont eu beau dire qu’il ne s’emportoit que pour avoir l’air de parler; sa colère n’en a pas moins été le charme des tribunes & la terreur des absens. On l’auroit déjà fait président, si l’on n’eût craint de le rendre trop redoutable, en lui laissant à-la-fois la parole et la sonnette à la main; on en avoit déjà reconnu le danger, pendant sa présidence des Jacobins : il avoit alternativement confondu & étourdi les membres de cet auguste club, et il avoit encore plus abusé de son talent que de sa place. Les représentans de la nation n’ont donc pu se résoudre à la gouverner, sous le bouillant Robespierre, & cette méfiance d’une pareille assemblée, feroit honneur à tout autre.

Autres articles associés à ce dossier

À lire également du même auteur

Le comte de Mirabeau
Portrait caustique de l'illustre orateur.




Nos suggestions