La pédagogie infantilisante selon Hegel

Jean-Jacques Wunenburger
«Ainsi Hegel critique-t-il la pédagogie infantilisante qui fait réellement violence au «besoin d'obéir», au «besoin d'être éduquée» qui «existe chez les enfants sous la forme d'un sentiment qui leur est propre, celui de l'insatisfaction d'être tels qu'ils sont», elle méconnaît profondément «le penchant qui les incite à appartenir au monde des adultes, qu'ils pressentent comme quelque chose de supérieur au leur, ou encore le désir de devenir grands». Hegel s'en prend avec une vigueur toute particulière à la pédagogie fondée sur le jeu. En posant que l'enfance a une valeur pour elle-même, «en s'appliquant à représenter les enfants comme parvenus à maturité et satisfaits de l'état où ils se trouvent, alors qu'en réalité, cet état, ils le sentent eux-mêmes comme un état de non-maturité», elle les trouble intimement et bloque leur développement; dans l'oubli de l'élément sérieux où se révèle la substance de l'esprit, elle produit chez l'individu le sentiment vaniteux de sa suffisance et le mépris des hommes, qui se sont montrés originellement comme des pédagogues puérils. Hegel adjure donc les parents, aussi satisfaits qu'ils puissent être de leurs enfants, de ne pas leur lâcher la bride et renoncer à leur contrôle: « Cette liberté qu'on leur laisse en leur faisant confiance comporte, la plupart du temps, le risque, pour eux de sombrer dans des sottises, de mauvaises habitudes, voire même dans le dérèglement et le délit.» (Cité dans B. Bourgeois: La pédagodie de Hegel (Vrin) p. 38); à l'opposé Hegel prend soin de dénoncer un enseignement qui émascule la liberté de l'élève: «Dans le climat de sociabilité propre à l'étude -souligne Hegel-, dans le commerce dont le lien et l'intérêt sont constitués par la science et l'activité de l'esprit, ce qui convient le moins, c'est un ton excluant la liberté; une société de gens qui étudient ne peut pas être considérée comme un rassemblement de domestiques, et ils ne doivent pas en avoir la mine ni la démarche»(Idem p. 39)

Source: Jean-Jacques Wunenburger, Les métamorphoses de l'âme, vocation oubliée de l'école.

Autres articles associés à ce dossier

La pédagogie humaniste

Jacques Dufresne

La pédagogie humaniste: un défi exaltant à l'âge du transhumanisme et du cyborg. Conférence prononcée au collège de l'Assomption, le 25 août 2

La pédagogie romantique

Hélène Laberge

Par l'admiration qu'il inspira à l'abbé Charles-François Painchaud, fondateur du Collège de La Pocatière, lequel servi de modèle à d'autres ins

L'enseignement unifié

Marc Chevrier


Le pédagogue libre

Jean Renaud

Le philosophe Jean Renaud a vivement dénoncé les fondements de l'idéologie égalitaire de la CEQ et les valeurs égalitaires qui ont été présent

Le mot et le monde

Sylvie Escande

Rosa, rosa, rosam... ânonner des déclinaisons n'a jamais permis à aucun écolier de s'exprimer couramment en latin. Pour apprendre une langue étra

À lire également du même auteur

Le sacré, l’imaginaire, le religieux, le politique et la post-modernité
Version française intégrale de  l’entretien de Giulio Meotti avec Jean-Jacq

Lendemains de cauchemar
Ce texte est extrait d’un article à paraître en septembre aux Éditions du

Les trois voies de la rénovation urbaine: utopie, poétique, cybernétique
La progression rapide des nouvelles technosciences de l’ingénérie informatique modifie en profon

Se désintoxiquer des écrans de télévision, réapprendre à s'émerveiller devant des images
La pertinence de ce texte, écrit en 2000,  est encore plus grande depuis que les é

EI: une épidémie millénariste à l'âge de la net-subversion
À cette perversion du sacré, le remède ne peut-être qu'un assainissement du sacré




Nos suggestions