La nudité originelle

Victor Hugo
La mort nous rend à la nudité originelle.
C'est une double issue ouverte à l'être double.
Dieu disperse à cette heure inexprimable et trouble
Le corps dans l'univers et l'âme dans l'amour.

Autres articles associés à ce dossier

Le Chant du cygne, mourir avec dignité

Jacques Dufresne

En avril 1990, L'Agora organisait, en collaboration avec l'Ordre des Infirmières et Infirmiers du Québec, un important

Le cimetière marin

Paul Valéry

Quel philosophe aura dit le changement mieux que ce poète?

La mort est-elle un bien?

Platon

Le sage Socrate soutenait qu'il ne fallait pas chercher à éviter la mort à tout prix.

La chanson de Sophocle à Salamine

Victor Hugo

«Je veux bien mourir, ô déesse, Mais pas avant d'avoir aimé.» Cette prière que Hugo met dans la bouche d'un éphèbe n'est-elle pas celle de to

Katha Upanishad

Anonyme

Les Upanishad comptent parmi les plus anciens écrits de l'Inde védique. L'étymologie la plus généralement retenue pour upanishad est «s'asseoir

Les fenêtres

Stéphane Mallarmé

Quoi de plus réel que ces symboles!

Du code au non-code

Jacques Dufresne


Compatir par-delà le bien et le mal

Jacques Dufresne

Dans de nombreux pays d'Occident, on fait plus de cas aujourd'hui de la vie d'un animal qu'on n'en faisait de la vie d'un être humain il y a deux si

Claire

Victor Hugo

La mort d'un enfant, cet adieu à une vie que l'on a pas encore vécue, cette double mort...Mourir avant d'avoir aimé!

Comment vivre avec nos morts?

Jean-Sébastien Stehli

Du cinéma à la littérature, en passant par la photographie et l'art populaire, la Camarde fait recette. D'autant plus que l'effondrement des religi

Ave

Catherine Pozzi

«Mais je vais vers un autre amour, dont celui-ci n'était qu'étincelle. Oh, qu'il soit présent! Qu'il ne permette pas beaucoup plus longtemps que l

À ceux que j'aime

Anonyme

Prière indienne (Preghiera Indiana), du mort à ses proches. Le détachement est enseigné par celui-là même qui doit partir.

Apprivoiser la mort

Philippe Ariès

On a dit de Philippe Ariès qu'il fut le Darwin de la mort. Il a en effet décrit la façon dont elle a évolué dans les mentalités au cours du seco

À lire également du même auteur

Le bonheur de l'homme à pied
La marche et la rêverie, voire la réflexion, font bon ménage.




Nos suggestions