L'épidémiologie en Angleterre et au Québec

Jacques Dufresne
Voici un bel exemple d'un fait dont on n'aura d'autant moins tenu compte qu'il aura été plus solidement établi.
Au XXe siècle, l'Anglais Thomas McKeown est l'un des maîtres de cette discipline consistant à établir des corrélations entre l'incidence des maladies et divers facteurs de risque, comme le milieu de travail, le sexe, l'état social, etc. Étendant ce type d'analyse à l'ensemble du domaine de la santé, McKeown démontra, au début des années soixante, que la première cause de l'amélioration de la santé de ses compatriotes de 1838 à nos jours n'avait pas été la médecine curative, mais des facteurs comme le contrôle de la croissance démographique, l'amélioration de la nourriture et l'assainissement de l'environnement. Des études analogues, faites dans une perspective historique, ont permis à un démographe de l'Université de Montréal, M. Hubert Charbonneau, de démontrer qu'au XVIIIe siècle, l'espérance de vie était plus élevée au Canada que sur le vieux continent. La principale explication retenue est une sélection naturelle particulièrement dure.

Autres articles associés à ce dossier

À lire également du même auteur

Dieu
Première version de cet article: 2003. Mise à jour des liens: septembre 2020

L'art de la greffe... sur un milieu vivant
Suite de l’article La culpabilité de l’Occident ou la recherche de la vie perdu

De la forme au chaos, de Pythagore à Kauffman
Pythagore était à la fois et dans l'ordre un mystique, un philosophe, un savant et

Vie
Première version: 2000. Dernière mise à jour 2022,. Quand nous abordons le th&

Univers
Première version 2003. Dernière mise à jour 2020. Bien des idées re&cced

Radio-Canada, une chapelle de la religion du progrès
Tout est bien qui est nouveau !  Un dogme à la SRC ! L’auto-critique exigera plus

Élisabeth II ou le conte de fées britannique
...« Quand à travers les légendes et les poèmes/ Nous connaîtrons




Articles récents