Talleyrand et Fouché

François-René de Chateaubriand
L’épisode se déroule au retour de Gand, alors que Louis XVIII s'arrête à Saint-Denis. Talleyrand et Fouché ont fini par s'imposer au roi. Il comporte l'un des traits d'esprit les plus fameux de l'illustre écrivain. Passage extrait des Mémoires d'outre-tombe, troisième partie, I, livre VI
Le soir, vers les neuf heures, j'allai faire ma cour au roi. Sa Majesté était logée dans les bâtiments de l'abbaye; on avait toutes les peines du monde à empêcher les petites filles de la Légion d'honneur de crier : «Vive Napoléon!» J'entrai d'abord dans l'église; un pan de mur, attenant au cloître, était tombé; l'antique abbatiale n'était éclairé que d'une lampe. Je fis ma prière à l'entrée du caveau où j'avais vu descendre Louis XVI, plein de crainte sur l'avenir, je ne sais si j'ai jamais eu le coeur noyé d'une tristesse plus profonde et plus religieuse. Ensuite, je me rendis chez Sa Majesté: introduit dans une des chambres qui précédaient celle du roi, je ne trouvai personne; je m'assis dans un coin et j'attendis. Tout à coup une ports s'ouvre: entre silencieusement le vice appuyé sur le bras du crime, M. de Talleyrand marchant soutenu par M. Fouché; la vision infernale passe lentement devant moi, pénètre dans le cabinet du roi et disparaît. Fouché venait jurer foi et hommage à son seigneur; le féal régicide, à genoux, mit les mains qui firent tomber la tête de Louis XVI entre les mains du frère du roi martyr; l'évêque apostat fut caution du serment. [...]

Avant de quitter Saint-Denis je fus reçu par le roi et j'eus avec lui cette conversation:

«Eh bien? me dit Louis XVIII, ouvrant le dialogue par cette exclamation.

- Eh bien, sire, vous prenez le duc d'Otrante?

- Il l'a bien fallu: depuis mon frère jusqu'au bailli de Crussol (et celui-là n'est pas suspect) tous disaient que nous ne pouvions pas faire autrement: qu'en pensez-vous?

- Sire, la chose est faite: je demande à Votre Majesté la permission de me taire.

- Non, non, dites: vous savez comme j'ai résisté depuis Gand.

- Sire, je ne fais qu'obéir à vos ordres; pardonnez à ma fidélité: je crois la monarchie finie.»

Autres articles associés à ce dossier

Talleyrand vu par Sainte-Beuve

Charles-Augustin Sainte-Beuve

Extraits de l'essai de Sainte-Beuve sur Talleyrand publiée en 1869, étude qui faisait autorité dans la seconde moitié du XIXe siècle, comme en fa

Biographie de Talleyrand: 1. La Révolution

Jean-Baptiste Honoré Raymond Capefigue

Première partie de l'étude biographique consacrée à la vie et la carrière diplomatique de Talleyrand, par l'historien Jean-Baptiste Honoré Raymo

Biographie de Talleyrand: 2. Le Consulat et l'Empire

Jean-Baptiste Honoré Raymond Capefigue

Deuxième partie de la biographie de Talleyrand, par Jean-Baptiste Capefigue, publiée dans la Biographie Michaud (1849).

Biographie de Talleyrand: 3. la Restauration

Jean-Baptiste Honoré Raymond Capefigue

Troisième partie de la biographie de Talleyrand par Jean-Baptiste H. R. Capefigue, parue dans la Biographie Michaud (1849).

Biographie de Talleyrand: 4. les dernières années

Jean-Baptiste Honoré Raymond Capefigue

Quatrième et dernière partie de la biographie de Talleyrand par Jean-Baptiste H. R. Capefigue, parue dans la Biographie Michaud (1849).

À lire également du même auteur

René
À propos de cette oeuvre de jeunesse, Chateaubriand a écrit, dans les Mémoires d'outre-tombe: «S




Nos suggestions