Armoise

Fleur sauvage du Québec. Certaines espèces sont indigènes (A. caudata, Michx, A.canadensis, Michx) et d'autres naturalisées.



Armoise vulgaire:
«L’armoise tire son appellation latine, Artemisia vulgaris, de la déesse grecque Artémis. Son nom anglais, « mugwort », est dérivé de l’utilisation qu’on en faisait autrefois comme insectifuge. En ancien anglais, « mugwyrt » vient de « midge » (moucheron) et de « wort », un terme archaïque désignant une plante herbacée (Barney and DiTommaso, 2003). On l’utilisait à l’époque pour aromatiser la bière, avant que l’usage du houblon ne se répande. Cette plante est également employée en homéopathie, entre autres pour régulariser le cycle menstruel et soulager les symptômes de la ménopause. L’huile essentielle obtenue par distillation des parties aériennes de l’armoise entre dans la composition de parfums et a des propriétés aromathérapeutiques.

Cycle de vie

L’armoise est une vivace qui se reproduit principalement par division des rhizomes, et à l’occasion par ensemencement.

Caractéristiques particulières

Rhizomes : Les rhizomes sont souterrains et horizontaux, et portent des ramifications pouvant atteindre 1 cm de diamètre.

Tige : La tige est dressée, anguleuse et porte, dans la moitié supérieure, de nombreuses ramifications en forme de panicule, arborant parfois un léger duvet, et pouvant atteindre de 0,5 à 2 m de long. Elle peut être verte, striée de lignes rougeâtres ou rougeâtre, particulièrement dans la partie supérieure.

Feuilles : Divisées en nombreux segments, les feuilles peuvent atteindre entre 1 cm et 10 cm de long et entre 3 cm et 7,5 cm de large (voir figure 1). Les feuilles des parties intermédiaire et supérieure de la plante sont plus petites et plus ramifiées que celles de la partie inférieure. La face supérieure des feuilles est vert foncé et couverte d’un léger duvet, alors que la face inférieure est d’un blanc argenté en raison d’une abondante pubescence laineuse et blanchâtre. La forme des feuilles est semblable à celle des feuilles de la petite herbe à poux et des chrysanthèmes de culture. Toutefois, l’armoise se distingue de ces espèces par l’aspect argenté de la face inférieure du limbe de ses feuilles.

Fleurs : L’armoise fleurit de juillet à septembre. Les fleurs sont regroupées sur de petites tiges érigées; les capitules sont recouverts d’une pubescence laineuse et blanchâtre (voir la figure 2). Chaque plant peut produire entre 20 000 et 70 000 graines, qui germent à la fin du printemps.

Parfum : Le parfum prononcé de sauge de cette plante constitue l’une de ses caractéristiques distinctives.

Source: site du Gouvernement de l'Ontario.

Essentiel

Dans le langage des fleurs, on souhaite ou célèbre la santé en offrant l'armoise. La plante est aussi symbole de fidélité et de constance amoureuse.

* * *


Par ses propriété emménagogues, l'armoise est fermement associée à la féminité, à la sensibilité, à la virginité.

Passeport Santé

Toute la plante contient des substances digestives, vermifuges, emménagogues, antihystériques, sédatives.

«Armoise, femme abandonnée», écrit Henri Bellaunay1

D'après une légende, ses propriétés auraient été découvertes par la solitaire reine Artémise, veuve inconsolable qu'évoque Appolinaire:

«L'amour est mort j'en suis tremblant
J'adore de belles idoles
Des souvenirs lui ressemblant
Comme la veuve de Mausole
Je reste fidèle et dolent»2


1. Blason des fleurs et des fruits in: Henry Bellaunay, Petite anthologie imaginaire de la poésie française, Le livre de poche, Éditions Fallois, 2000, p.279.
2. Guillaume Appolinaire, La chanson du mal-aimé.

Essentiel

Dans le langage des fleurs, on souhaite ou célèbre la santé en offrant l'armoise. La plante est aussi symbole de fidélité et de constance amoureuse.

* * *


Par ses propriété emménagogues, l'armoise est fermement associée à la féminité, à la sensibilité, à la virginité.

Passeport Santé

Toute la plante contient des substances digestives, vermifuges, emménagogues, antihystériques, sédatives.

«Armoise, femme abandonnée», écrit Henri Bellaunay1

D'après une légende, ses propriétés auraient été découvertes par la solitaire reine Artémise, veuve inconsolable qu'évoque Appolinaire:

«L'amour est mort j'en suis tremblant
J'adore de belles idoles
Des souvenirs lui ressemblant
Comme la veuve de Mausole
Je reste fidèle et dolent»2


1. Blason des fleurs et des fruits in: Henry Bellaunay, Petite anthologie imaginaire de la poésie française, Le livre de poche, Éditions Fallois, 2000, p.279.
2. Guillaume Appolinaire, La chanson du mal-aimé.

Articles





En marge de la Conférence de Glasgow