Titre de l'article
Associer cet article à un dossier ou un autre article

  • Corps de l'article
    Images
    Afficher les images et les légendes et crédits

    Source

    Fichiers

    Choisissez les fichiers à joindre à cet article. Ils sont affichés automatiquement à la fin de l'article
    Documents connexes
  • Auteur/e/s
    Mots-clés
  • Présentation
  • Extrait
  • Pour ajouter une vidéo à cet article, copier simplement l'adresse de partage de la vidéo. Sur Youtube, l'adresse ressemblera à ceci: https://youtu.be/ID=6QZz7OnTI, sur Vimeo: https://vimeo.com/1234567. Le code d'intégration sera automatiquement complété. Vous pouvez également inscrire directement le code d'intégration avec des paramètres personnalisés.
  • Sommaire
    Générer un sommaire à partir du contenu

    Balise à utiliser pour générer le sommaire (h1,h2,h3,h4 ou h5)

  • Balises standard
    Titre
    Mots-clés (catégories)
    Description
    Langue
    Sujet
    Auteur-e-s
    Logiciel
    Revisiter après (jours)
    Expiration (en jours)
    Pragma
    Données mises en cache
    Balises Open Graph (Facebook)
    Titre
    Type
    URL
    Image
    Locale
    Nom du site
    Description
    ID Page Facebook
    Courriel
    Balises Twitter
    Type de carte (valeurs possibles: App,Player,Summary, Summary With Large Image)
    Titre du tweet
    @Nom d'utilisateur
    Description / contenu du tweet
  • Éditer le contenu en mode HTML (sans éditeur visuel). Enregistrer la page pour activer les changements.
    Rôles particuliers de cet article (optionnel)
    Article principal de série   Article principal de sentier  
    Date de publication

    Version de l'article - nombre de modifications
    Pour classement alphabétique (ex. "Miron, Gaston ; Misérables (les)...)
    Titre avec marquage HTML (ex. "Titre avec une expression en <em>italique</em>")
    Le groupe auquel cet article appartient
    Type de contenu (requis)
    Utiliser ce modèle de page plutôt que le modèle défini dans la page d'affichage




;


Le culte du latin

Remy de Gourmont

Conrart, chez qui est née l’Académie française et qui en fut le premier secrétaire perpétuel, Conrart, célébré pour « la pureté de son goût », n’avait point étudié le latin. On pouvait donc, sans cela, faire figure, au grand siècle, dans le monde poli. La Rochefoucauld, malgré son ignorance tardivement comblée par des lectures sans méthode, trouva pour sa pensée des formules si nettes qu’elles étonnent toujours. Saint-Amant, non seulement ignorait le latin, mais s’en gaussait. Ces exemples, les premiers qui me viennent à l’esprit, car il y en a bien d’autres, ne laissent pas que de faire réfléchir. S’ils ne prouvent rien contre l’usage du latin dans l’éducation, ils ne témoignent guère en sa faveur. Ils pourraient même fournir un commencement de raisonnement à qui voudrait démontrer qu’une civilisation latine, même littérairement raffinée, se peut concevoir en l’absence du latin. La première partie de notre littérature nationale évolua généralement loin du latin, connaissance de clerc, quoiqu’il y eût aussi des clercs jongleurs, comme Chrétien de Troyes ou Benoît de Saint-More, cher à Moréas. Enfin, de nos jours, tout le monde sait qu’il y eut et qu’il y a des écrivains sans lettres latines, des femmes, des hommes aussi, fort supérieurs en talent et en expression du talent à tels docteurs et agrégés de l’Université. Alors, quoique latinisant (oh! fort modéré), quoique adhérent à l’une des ligues « pour le latin », je demeure perplexe. Si le latin m’a été utile, c’est peut-être que je l’ai regardé d’un autre œil que la plupart de ceux qui le vantent comme méthode d’éducation. Je lui ai demandé de m’ouvrir des coffres inconnus et méprisés de ceux-là mêmes qui en connaissent le contenu. Ce fut de la fantaisie. Je n’ai pas de vraie culture classique, je ne suis pas un humaniste. Rien du professeur de belles-lettres : il m’a toujours été impossible de reconnaître, en dehors du point de vue strictement linguistique, un haut et un bas latin, une langue qui aurait des vertus éducatrices et une autre qui n’en aurait pas. On écrit toujours bien quand on se sert avec ingénuité de la langue littéraire de son temps. Croit-on que le français écrit d’aujourd’hui diffère beaucoup, en valeur, du latin dont se servait, au XIIe siècle, Mathieu de Vendôme? Notre français littéraire est parlé. Oui, par nous et par ceux qui nous lisent, comme langue d’apparat. Descendez et écoutez, si vous voulez connaître le vrai français usuel.

Pour revenir à la question en litige, un point du moins est certain, c’est que les études superficielles sont plus nuisibles qu’utiles par la dispersion de l’attention qu’elles provoquent, et qu’on distribue aux enfants les éléments de beaucoup trop de choses d’une manière trop fragmentaire. La méthode universitaire semble tenir en deux mots : hachoir, gavage. Avec un système plus suivi, on trouverai, comme jadis, sa place au latin, même dans un enseignement largement scientifique comme il convient. Le latin! Sa connaissance, même imparfaite, m’a été trop agréable pour que je la dénie aux hommes qui viennent. Ce que vaut rosa, la rose, au point de vue éducatif, je n’en sais rien et je ne me hasarderai point à affirmer qu’on ne saurait bien, sans cela, apprendre à raisonner, mais cela donne peut-être à la vie une autre couleur.

Autres articles associés à ce dossier

À lire également du même auteur

Sur quelques vieilles pierres trop connues
Une critique de la "touristisation" du monde écrite à la fin du 19e siècle. Il faut préserver, f

Stéphane Mallarmé et l’idée de décadence
"Brusquement, vers 1885, l'idée de décadence entra dans la littérature française; après av

Sur Fontenelle
Évocation de la pensée de Fontenelle, à l'occasion de la parution d'une biographie écrite par A.




Articles récents