Le petit chaperon rouge

Charles Perrault
Les parodies et les suites du Petit chaperon rouge ne résussisent pas à nous faire oublier combien ce conte finit mal...
Illustration de Gustave Doré (1832-1883)
Il était une fois une petite fille de village, la plus jolie qu'on eût su voir; sa mère en était folle, et sa mère-grand plus folle encore. Cette bonne femme lui fit faire un petit chaperon rouge, qui lui seyait si bien, que partout on l'appelait le petit chaperon rouge.

Un jour sa mère, ayant cuit et fait des galettes, lui dit: «Va voir comment se porte ta mère-grand, car on m'a dit qu'elle était malade, porte-lui une galette et ce petit pot de beurre.» Le petit chaperon rouge partit aussitôt pour aller chez sa mère-grand, qui demeurait dans un autre village. En passant dans un bois elle rencontra compère le loup, qui eut bien envie de la manger, mais il n'osa, à cause de quelques bûcherons qui étaient dans la forêt. Il lui demanda où elle allait; la pauvre enfant, qui ne savait pas qu'il est dangereux de s'arrêter à écouter un loup, lui dit: «Je vais voir ma mère-grand, et lui porter une galette avec un petit pot de beurre que ma mère lui envoie. -- Demeure-t-elle bien loin? lui dit le loup. -- Oh! oui, dit le petit chaperon rouge, c'est par delà le moulin que vous voyez tout là-bas, là-bas, à la première maison du village. -- Eh bien!, dit le loup, je veux y aller voir aussi; je m'y en vais par ce chemin-ci, et toi par ce chemin-là, et nous verrons qui plus tôt y sera.» Le loup se mit à courir de toute sa force par le chemin qui était le plus court, et la petite fille s'en alla par le chemin le plus long, s'amusant à cueillir des noisettes, à courir après des papillons, et à faire des bouquets des petites fleurs qu'elle rencontrait. Le loup ne fut pas longtemps à arriver à la maison de la mère-grand; il heurte: Toc, toc. «Qui est là? -- C'est votre fille le petit chaperon rouge (dit le loup, en contrefaisant sa voix) qui vous apporte une galette et un petit pot de beurre que ma mère vous envoie.» La bonne mère-grand, qui était dans son lit, car elle se trouvait un peu mal, lui cria: «Tire la chevillette, la bobinette cherra.» Le loup tira la chevillette, et la porte s'ouvrit. Il se jeta sur la bonne femme, et la dévora en moins de rien; car il y avait plus de trois jours qu'il n'avait mangé. Ensuite il ferma la porte, et s'alla coucher dans le lit de la mère-grand, en attendant le petit chaperon rouge, qui quelque temps après vint heurter à la porte. Toc, toc. «Qui est là?». Le petit chaperon rouge, qui entendit la grosse voix du loup, eut peur d'abord, mais croyant que sa mère-grand était enrhumée, répondit: «C'est votre fille le petit chaperon rouge, qui vous apporte une galette et un petit pot de beurre que ma mère vous envoie.» Le loup lui cria, en adoucissant un peu sa voix: «Tire la chevillette, la bobinette cherra.» Le petit chaperon rouge tira la chevillette, et la porte s'ouvrit. Le loup, la voyant entrer, lui dit en se cachant dans le lit sous la couverture: «Mets la galette et le petit pot de beurre sur la huche, et viens te coucher avec moi.» Le petit chaperon rouge se déshabille, et va se mettre dans le lit, où elle fut bien étonnée de voir comment sa mère-grand était faite en son déshabillé. Elle lui dit: «Ma mère-grand que vous avez de grands bras! -- C'est pour mieux t'embrasser ma fille. -- Ma mère-grand que vous avez de grandes jambes! -- C'est pour mieux courir mon enfant. -- Ma mère-grand que vous avez de grandes oreilles! -- C'est pour mieux écouter mon enfant. -- Ma mère-grand que vous avez de grands yeux! -- C'est pour mieux voir mon enfant. -- Ma mère-grand que vous avez de grandes dents! -- C'est pour te manger». Et en disant ces mots, le méchant loup se jeta sur le petit chaperon rouge, et la mangea.

Autres articles associés à ce dossier

Les fées

Charles Perrault

Platon aussi disait qu'on aime ce qui nous ressemble.

Riquet à la houppe

Charles Perrault


Barbe bleue

Charles Perrault

Ce conte charmant a suscité bien des parodies et il a inspiré un opéra à Maurice Maeterlinck.

Les souhaits ridicules

Charles Perrault

Les époux sont assez prudents pour mettre à distance l'objet de leur désir, mais ils ne savent pas y renoncer: ils doivent donc apprendre à se con

Cendrillon

Charles Perrault

Les spécialistes du folklore dénombrent plus de trois cents variantes de l'histoire de Cendrillon.

Griselidis

Charles Perrault

Dans le conte de Perrault, le mari devient un prince ayant marié une bergère. L'homme est affligé de mélancolie et produit quantité de bile noir

Peau d'Âne

Charles Perrault

Il n'est pas malaisé de voir Que le but de ce conte est qu'un enfant apprenne Qu'il vaut mieux s'exposer à la plus rude peine Que de manquer à son

Le chat botté

Charles Perrault

Qui ne voudrait d'un tel ami?

La belle au bois dormant

Charles Perrault

Perrault n'arrête pas, comme les frères Grimm, le célèbre conte au baiser du prince, mais lui ajoute une suite où la mère du prince, une ogresse

À lire également du même auteur

Cendrillon
Les spécialistes du folklore dénombrent plus de trois cents variantes de l'histoire de Cendrillon.

Peau d'Âne
Il n'est pas malaisé de voir Que le but de ce conte est qu'un enfant apprenne Qu'il vaut mieux s'ex

Les souhaits ridicules
Les époux sont assez prudents pour mettre à distance l'objet de leur désir, mais ils ne savent pa

Les fées
Platon aussi disait qu'on aime ce qui nous ressemble.

Le chat botté
Qui ne voudrait d'un tel ami?

La belle au bois dormant
Perrault n'arrête pas, comme les frères Grimm, le célèbre conte au baiser du prince, mais lui aj




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ