Voyage

Déplacement dans l'espace, le temps et la hiérarchie sociale.

«Un voyage s'inscrit simultanément dans l'espace, dans le temps et dans la hiérarchie sociale... En même temps qu'il transporte à des milliers de kilomètres, le voyage fait gravir ou descendre quelques degrés dans l'échelle des statuts. Il déplace, mais aussi, il déclasse - pour le meilleur ou pour le pire - et la couleur et la saveur des lieux ne peuvent être dissociées du rang toujours imprévu où il vous installe pour les goûter.» Claude Lévi-Strauss, Tristes Tropiques, Plon Éditeur, 1955, p. 79-80.

Essentiel

Comme nous l'apprend Homère dans l'Odyssée, le voyage est aussi une aventure à l'intérieur de soi. Le retour d'Ulysse est un retour sur soi. On se déplace dans le monde extérieur pour mieux connaître son monde intérieur. Le voyage n'est achevé que lorsqu'il produit une transformation intérieure.

* * *


« Celui qui voyage sans rencontrer l’autre ne voyage pas, il se déplace. » Alexandra David-Neel, célèbre voyageuse française du début du XXe siècle (phrase citée par Claude Llena, « Tozeur, ravagée par le tourisme », Le Monde diplomatique, juillet 2004)

* * *



«Tu connais, dit Baudelaire, cette maladie fiévreuse qui s'empare de nous dans les froides misères, cette nostalgie du pays qu'on ignore, cette angoisse de la curiosité? Qui n'a goûté ce bizarre sentiment qui descend jusqu'au fond de l'âme comme le glaive d'un rayon dans une onde assoupie? Le lieu où nous vivons ne nous semble plus le lieu fait pour nous. L'image d'un pays où notre âme se reconnaîtrait nous enchante et nous torture. Sur nos lèvres éclosent ces mots d'un miel amer: partir... fuir... Ce lieu rêvé, traduction tangible de notre âme secrète, brille d'un double charme: libération de toutes entraves, réalisation plénière du rêve de nous-même. Les âmes mystiques nous disent volontiers que ce lieu nostalgique est souvenance du paradis antérieur. À moins qu'il ne soit l'obsession de quelque contrée merveilleuse hantée par nous au cours d'existences ensevelies. Le plus souvent, ce lieu reste en nous, visité seulement par l'imagination qui s'y délecte et s'y rachète des hideurs du réel. Tel ce pays d'ordre, de luxe et de volupté, tissé d'idéalité, construit à l'image même de l'Élue recréée par le Rêve dont Baudelaire fait chatoyer la muette splendeur dans son Invitation au Voyage.

Mais combien ont tenté de faire coincider le site rêvé où se fait l'apothéose d'eux-mêmes avec quelque site de notre Terre! (...)

Certains êtres favorisés voient cependant s'accomplir cette conjonction parfaite du lieu idéal et d'un site réel. Ils ont alors comme le dit Nietzsche, "un lieu démontré". Ames qui peuvent dire: "Il est un pays qui par une bienveillance singulière de la nature m'offre une plus vive contemplation de moi-même dans les symboles extérieurs. Lieu bénit qui m'enrichit moi-même et que j'enrichis à mon tour de ma ferveur.»

Gabriel Brunet. Passage tiré de: «Revue de la Quinzaine - Littérature», Mercure de France, no 719, 39e année, tome CCIV, 1er juin 1928, p. 406-407 (texte tiré d'une publication du domaine public en France).

Essentiel

Comme nous l'apprend Homère dans l'Odyssée, le voyage est aussi une aventure à l'intérieur de soi. Le retour d'Ulysse est un retour sur soi. On se déplace dans le monde extérieur pour mieux connaître son monde intérieur. Le voyage n'est achevé que lorsqu'il produit une transformation intérieure.

* * *


« Celui qui voyage sans rencontrer l’autre ne voyage pas, il se déplace. » Alexandra David-Neel, célèbre voyageuse française du début du XXe siècle (phrase citée par Claude Llena, « Tozeur, ravagée par le tourisme », Le Monde diplomatique, juillet 2004)

* * *



«Tu connais, dit Baudelaire, cette maladie fiévreuse qui s'empare de nous dans les froides misères, cette nostalgie du pays qu'on ignore, cette angoisse de la curiosité? Qui n'a goûté ce bizarre sentiment qui descend jusqu'au fond de l'âme comme le glaive d'un rayon dans une onde assoupie? Le lieu où nous vivons ne nous semble plus le lieu fait pour nous. L'image d'un pays où notre âme se reconnaîtrait nous enchante et nous torture. Sur nos lèvres éclosent ces mots d'un miel amer: partir... fuir... Ce lieu rêvé, traduction tangible de notre âme secrète, brille d'un double charme: libération de toutes entraves, réalisation plénière du rêve de nous-même. Les âmes mystiques nous disent volontiers que ce lieu nostalgique est souvenance du paradis antérieur. À moins qu'il ne soit l'obsession de quelque contrée merveilleuse hantée par nous au cours d'existences ensevelies. Le plus souvent, ce lieu reste en nous, visité seulement par l'imagination qui s'y délecte et s'y rachète des hideurs du réel. Tel ce pays d'ordre, de luxe et de volupté, tissé d'idéalité, construit à l'image même de l'Élue recréée par le Rêve dont Baudelaire fait chatoyer la muette splendeur dans son Invitation au Voyage.

Mais combien ont tenté de faire coincider le site rêvé où se fait l'apothéose d'eux-mêmes avec quelque site de notre Terre! (...)

Certains êtres favorisés voient cependant s'accomplir cette conjonction parfaite du lieu idéal et d'un site réel. Ils ont alors comme le dit Nietzsche, "un lieu démontré". Ames qui peuvent dire: "Il est un pays qui par une bienveillance singulière de la nature m'offre une plus vive contemplation de moi-même dans les symboles extérieurs. Lieu bénit qui m'enrichit moi-même et que j'enrichis à mon tour de ma ferveur.»

Gabriel Brunet. Passage tiré de: «Revue de la Quinzaine - Littérature», Mercure de France, no 719, 39e année, tome CCIV, 1er juin 1928, p. 406-407 (texte tiré d'une publication du domaine public en France).

Articles


La nouveauté des objets suffit

Victor Hugo
L'artiste (ici, le poète) est-il seul à jouir de la vie?

Sur les voyages

Remy de Gourmont

Sites francophones sur le voyage

Gilles Bélanger
Sélection personnelle de divers sites francophones, peu commerciaux, reliés au monde du voyage.

La France quand on la voit en malle poste

Victor Hugo
Le poète est voyageur.

Le voyage

Ernest Hello

Dossiers connexes




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ