Mariage

Enjeux

« Si parmi toutes les formes de relations interpersonnelles volontaires entre des citoyens, l'État est amené à encourager et à valoriser le couple homme/femme, c'est uniquement parce qu'il est potentiellement créateur d'enfants, responsable d'offrir un premier milieu éducatif à des enfants, lequel est décisif pour le bon équilibre de l'humanité à venir. Toute préoccupation nataliste mise à part, le mariage est la manière dont l'État exprime son intérêt pour les enfants à naître. Sans enfants, la société se déséquilibre jusqu'à en mourir et la civilisation organise son absence d'avenir. Je ne vois aucune autre raison au fait que l'État facilite l'existence et la cohabitation du couple homme/femme que cette responsabilité d'assurer la durabilité de la société, d'agir pour que s'y maintienne autant que possible, et dans le respect des libertés fondamentales, l'équilibre des générations.

Cette reconnaissance symbolique et ces avantages accordés en principe au mariage ne découlent pas uniquement du fait qu'il y ait là un couple et la relation de deux personnes. Certains avantages ou droits accordés au concubinage le sont par prise en compte du même principe qui valorise le mariage. Ce n'est pas comme relation de deux personnes que le concubinage intéresse l'État au nom de la société, c'est en tant que relation entre un homme et une femme qui ont des enfants ou qui peuvent en avoir. (...) Les avantages accordés au mariage sont là pour reconnaître la charge que représentent les enfants, l'utilité d'encourager la stabilité du foyer dont les enfants ont besoin. Je ne dis pas que, du coup, le mariage crée l'obligation d'enfants; il ne contraint pas, car la liberté du citoyen demeure essentielle.

Le fait étrange est qu'au moment où, de manière parfois démagogique et discutable, cette société prétend s'occuper du droit des enfants, parallèlement, l'État travaille à abattre le fondement du droit essentiel des enfants, comme êtres dépendants, incapables de subsister et de se construire sans relations fortes à la fois masculine et féminine. Cela serait sans rapport avec le droit des enfants que de naître dans un couple stabilisé, avec une femme et un homme assumant moralement l'irréversibilité de leur parentalité maternelle et paternelle ? Je ne dis pas que cela soit toujours possible, mais que c'est la plupart du temps meilleur pour l'enfant. Je ne dis pas non plus que l'enfant privé dès le départ, à un certain moment, de ce foyer soit fatalement voué aux problèmes sans solution. J'affirme que l'État doit marquer sa préférence et qu'il ne peut pas être neutre ici. Demeurer neutre serait irresponsable. Au nom de la société, l'État se doit de dire clairement que le foyer stable d'une femme et d'un homme est meilleur pour l'enfant que tout autre situation. Bien entendu, il ne s'agit ni de contraindre quiconque, ni de condamner, quand les choses se passent autrement.

Cette compréhension de l'intérêt des enfants entraîne une grave obligation pour l'État: celle de reconnaître l'éminente valeur du mariage, du couple hétérosexuel stable et durable. Remettre en cause cette légitimité supérieure, mettre le mariage sur le même plan que n'importe quelle relation de couple, si digne soit-elle, c'est pour l'État, pour le droit, une grave défaillance; c'est organiser la décomposition du corps social. » (Guy Coq, « Un P.A.C.S. antisocial », Le banquet, no 12, 1998)

Articles


Mort et mariage

Ernst Jünger

Le mariage est un amour fou qui dure

Jacques de Bourbon-Busset
Texte inédit paru dans Olivier Poivre d'Arvor, Apologie du mariage, Paris, La Table ronde, 1981, p. 63

Mariage robotisé

Jacques Dufresne



Articles récents

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.