Aster (bleu)

Nous avons divisé les asters entre bleus et blanc. En fait, le genre aster est extrêmement variable et se présente sous plus de 150 formes spécifiques en Amérique du Nord. Selon l'espèce, les feuilles seront larges ou étroites, opposées ou alternes, dentées ou non; les fleurs se rassembleront en corymbes ou panicules ou en grappes.

En général, les aster sont des plantes vivaces, à tige ramifiée. Ils portent tous plusieurs fleurs en capitule à rayons violets, bleus ou blancs, généralement entre 1 et 4 cm de diamètre.

Ils fleurissent à la fin de l'été et en automne, à l'époque de gloire des verges d'or (les deux genres sont d'ailleurs très proches et se confondent en quelques espèces). Il s'agit d'une des fleurs caractéristiques des paysages nord-américains.

Il pousse une vingtaine d'espèces d'asters bleus au Québec, sans compter les hybrides et les variations.



Usage médical:

Les Amérindiens absorbaient une infusion de feuilles et de fleurs pour soigner la fièvre.
De plus, ils auraient fumé les feuilles de l'aster à grandes feuilles.

Essentiel

Dans le langage des fleurs, l'aster est une promesse de constance amoureuse.

* * *

«Juchée sur mes épaules, elle m'a bouché la vue et me guide en me décrivant l'action, réelle ou fictive.

"On va se faire écraser, il s'en vient une grosse auto...Tasse-toi, on va passer à côté du pont...Cours, un bourdon court après nous pour nous piquer...Tu peux regarder, on est arrivés au bureau de poste."

Il n'en est rien et ça la fait bien rigoler de m'avoir possédé, fourvoyé. Elle ne m'a pas fait tourner le coin de la rue Principale et on se ramasse en plein désert, le long du chemin des pionniers. Je feins la surprise et le désarroi. Ça lui plaît, j'en remets. Elle n'a rien à se reprocher, c'est moi qui ai marché sur l'herbe écartante. Tant qu'à y être, on continue tout droit. On va voir si des asters qu'on ne connaît pas ont poussé dans le champ en friche encore fendu par ses roulières en face de la caisse populaire. On est gâté, elles sont en pleine apothéose. Il y a des blanches à grosses ombelles. Elle aime aussi comme elles sont panachées par leurs étamines. On en casse. Il y a de la brillante et de la rouillée à feuilles de linaire. Elles l'épatent aussi. On en casse aussi. On en a déjà une grosse brassée. On va toutes les jeter en hommage à la plus belle et qui sent le plus bon, qui est ta préférée. On est tombés, avec les genoux qui pliaient malgré nous, sur la reine des asters, avec sa couronne de longs feux violets follement émanés de son coeur de safran.

"Ses fleurs se ferment après le coucher du soleil. Regarde celle-là: ce matin, elle ne s'est pas rouverte..."

Quand on les presse entre les doigts, on est surpris, on répand un parfum «de camphre et de térébenthine». Je le lui fais faire comme tu me l'as fais faire. Est-ce que ça lui fera ce que ça m'a fait, quelle s'en souviendra comme je m'en souviens et qu'elle le fera faire comme je lui ai fait faire?... On est rentré là-dessus.»

DUCHARME, Réjean, Va savoir, NRF, éditions Gallimard, 1994, p.211, 212

voir un commentaire du livre sur le portail de l'UQAM

Essentiel

Dans le langage des fleurs, l'aster est une promesse de constance amoureuse.

* * *

«Juchée sur mes épaules, elle m'a bouché la vue et me guide en me décrivant l'action, réelle ou fictive.

"On va se faire écraser, il s'en vient une grosse auto...Tasse-toi, on va passer à côté du pont...Cours, un bourdon court après nous pour nous piquer...Tu peux regarder, on est arrivés au bureau de poste."

Il n'en est rien et ça la fait bien rigoler de m'avoir possédé, fourvoyé. Elle ne m'a pas fait tourner le coin de la rue Principale et on se ramasse en plein désert, le long du chemin des pionniers. Je feins la surprise et le désarroi. Ça lui plaît, j'en remets. Elle n'a rien à se reprocher, c'est moi qui ai marché sur l'herbe écartante. Tant qu'à y être, on continue tout droit. On va voir si des asters qu'on ne connaît pas ont poussé dans le champ en friche encore fendu par ses roulières en face de la caisse populaire. On est gâté, elles sont en pleine apothéose. Il y a des blanches à grosses ombelles. Elle aime aussi comme elles sont panachées par leurs étamines. On en casse. Il y a de la brillante et de la rouillée à feuilles de linaire. Elles l'épatent aussi. On en casse aussi. On en a déjà une grosse brassée. On va toutes les jeter en hommage à la plus belle et qui sent le plus bon, qui est ta préférée. On est tombés, avec les genoux qui pliaient malgré nous, sur la reine des asters, avec sa couronne de longs feux violets follement émanés de son coeur de safran.

"Ses fleurs se ferment après le coucher du soleil. Regarde celle-là: ce matin, elle ne s'est pas rouverte..."

Quand on les presse entre les doigts, on est surpris, on répand un parfum «de camphre et de térébenthine». Je le lui fais faire comme tu me l'as fais faire. Est-ce que ça lui fera ce que ça m'a fait, quelle s'en souviendra comme je m'en souviens et qu'elle le fera faire comme je lui ai fait faire?... On est rentré là-dessus.»

DUCHARME, Réjean, Va savoir, NRF, éditions Gallimard, 1994, p.211, 212

voir un commentaire du livre sur le portail de l'UQAM

Articles


Dossiers connexes




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ