Art contemporain

L'adjectif contemporain est ici ambigu: il désigne à la fois une période dans l'histoire, grosso modo le 20e siècle et un type d'art particulier, l'art abstrait, dont on présume qu'il caractérise notre époque comme l'impressionnisme a caractérisé l'époque antérieure.

Dès lors de deux choses l'une: ou bien l'on croit que l'art est un phénomène essentiellement historique et alors on utilise le style du temps comme critère pour juger de la valeur des oeuvres de l'époque en cause. C'est ce qu'ont fait au vingtième siècle la critique officielle aussi bien que les musées, les fondations et les organismes subventionnaires gouvernementaux.

Ou bien l'on croit que l'art transcende les époques, qu'il existe, comme le pensait Pascal, «un modèle (universel) d'agrément et de beauté,» et alors l'exclusion pour cause de non conformité à l'esprit du temps apparaît comme une forme de terreur et peut être assimilée à ce que Karl Popper appelle l'historicisme, illusion totalitaire consistant à prétexter d'un prétendu sens de l'histoire pour exclure de l'histoire diverses catégories d'individus et d'oeuvres. (J.D.)

Essentiel

Le XXe siècle aura été marqué par la querelle des abstraits et des figuratifs. Cette querelle n'est pas terminée. Elle se distingue de la querelle du siècle précédent, celle des anciens et des modernes, en ce qu'elle oppose deux conceptions irréconciliables de l'art, l'une qui le réduit à l'expression d'une conscience historique excluant jusqu'au souci de la beauté, l'autre qui reste fidèle à la recherche de la beauté. Dans la querelle des anciens et des modernes, le désaccord ne portait que sur les modalités d'accès à un même idéal de beauté. Victor Hugo, l'un des principaux protagonistes dans cette querelle ne croyait pas au progrès dans l'art. «Un chef-d'oeuvre existe une fois pour toutes. Le premier poète qui arrive, arrive au sommet. Vous monterez après lui, aussi haut, pas plus haut. Ah! tu t'appelles Dante, soit; mais celui-ci s'appelle Homère. Le progrès, but sans cesse déplacé, étape toujours renouvelée, a des changements d'horizon. L'idéal, point.» (J. D) Source et suite

Essentiel

Le XXe siècle aura été marqué par la querelle des abstraits et des figuratifs. Cette querelle n'est pas terminée. Elle se distingue de la querelle du siècle précédent, celle des anciens et des modernes, en ce qu'elle oppose deux conceptions irréconciliables de l'art, l'une qui le réduit à l'expression d'une conscience historique excluant jusqu'au souci de la beauté, l'autre qui reste fidèle à la recherche de la beauté. Dans la querelle des anciens et des modernes, le désaccord ne portait que sur les modalités d'accès à un même idéal de beauté. Victor Hugo, l'un des principaux protagonistes dans cette querelle ne croyait pas au progrès dans l'art. «Un chef-d'oeuvre existe une fois pour toutes. Le premier poète qui arrive, arrive au sommet. Vous monterez après lui, aussi haut, pas plus haut. Ah! tu t'appelles Dante, soit; mais celui-ci s'appelle Homère. Le progrès, but sans cesse déplacé, étape toujours renouvelée, a des changements d'horizon. L'idéal, point.» (J. D) Source et suite

Articles


Art contemporain

Alfred Pellan
Pellan a mis en garde l'art contemporain contre la facilité d'une soumission à la forme technique au détriment du contenu.

L'art en robe de viande

Jacques Dufresne
Voici le second article, d'une série de trois, consacré à l'art contemporain. Ils ont paru dans le journal La Presse de Montréal en octobre 1991. À ce moment, le manque de transparence dans l'octroi des subventions aux artistes retenait l'atten

Aux arts citoyens!

Jacques Dufresne
Voici le troisième d'une série de trois articles sur l'administration de l'art contemporain.

L’art contemporain contre l’art des contemporains

Christian Authier
Extrait de "Les ringards", dossier préparé par Christian Authier, L'Opinion indépendante, Toulouse, Fr.

Artistes québécois

André Mongeau
Voici une série de portraits d'artistes québécois (peintres, poètes, sculpteurs) réalisés par André Mongeau à l'aide de la méthode velcrosicone, qu'il explicite plus bas. Paul-Émile Borduas Alfred Desrochers Claude Gauvreau Gérald Godin P

Dossiers connexes




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ