Apparition

Stéphane Mallarmé
Le crépuscule du romantisme?
La lune s'attristait. Des séraphins en pleurs
Rêvant, l'archet aux doigts, dans le calme des fleurs
Vaporeuses, tiraient de mourantes violes
De blancs sanglots glissant sur l'azur des corolles.
- C'était le jour béni de ton premier baiser.
Ma songerie aimant à me martyriser
S'enivrait savamment du parfum de tristesse
Que même sans regret et sans déboire laisse
La cueillaison d'un Rêve au coeur qui l'a cueilli.
J'errais donc, l'oeil rivé sur le pavé vieilli
Quand avec du soleil aux cheveux, dans la rue
Et dans le soir, tu m'es en riant apparue
Et j'ai cru voir la fée au chapeau de clarté
Qui jadis sur mes beaux sommeils d'enfant gâté
Passait, laissant toujours de ses mains mal fermées
Neiger de blancs bouquets d'étoiles parfumées.

Autres articles associés à ce dossier

Stéphane Mallarmé et l’idée de décadence

Remy de Gourmont

"Brusquement, vers 1885, l'idée de décadence entra dans la littérature française; après avoir servi à glorifier ou à railler tout un group

Mallarmé vu par Paul Claudel

Chronique des lettres françaises

Évoque la contribution de Paul Claudel à un "Hommage à Stéphane Mallarmé" paru dans la livraison du 1er novembre 1926 de la Nouvelle Re

Lettre sur Mallarmé

Paul Valéry

« M. Paul Valéry a écrit pour un volume, consacré à Stéphane Mallarmé, que doit publier prochainement M. Jean Royère une préface que nous som

Ce qui reste de Mallarmé

Remy de Gourmont


À lire également du même auteur

Parce que...
Platon distinguait la cause et les conditions. Ici les conditions de la naissance d'un poète sont b

Les fenêtres
Quoi de plus réel que ces symboles!

Le tombeau d'Edgar Poe
Concision de la poésie, la métaphysique en un vers: Tel qu'en Lui-même enfin...




Nos suggestions