La santé à l'origine des cultures

Jacques Dufresne
À l'origine, santé et maladies s'expliquaient par la vision du monde.
Dans la plupart des cultures primitives, la conception qu'on se faisait de la santé et de la maladie était indissociable de l'ensemble de la vision du monde. La maladie trouvait sa signification dans un grand récit mythique relatant les origines du cosmos. Les rites conduisant à la guérison avaient de leur côté un rapport avec l'ensemble de la vie sociale et culturelle du groupe.

Chez ces mêmes peuples primitifs, nous disent les ethnologues, la maladie était expliquée tantôt par la pénétration d'un objet-maladie, tantôt par la perte de l'âme, tantôt par la possession démoniaque, tantôt par la violation d'un tabou, tantôt enfin par la sorcellerie et la magie. Chez les Babyloniens, l'explication par la possession démoniaque conduisait à des traitements qui rappellent les huiles de foie de morue et autres substances repoussantes dont bien des enfants font encore l'expérience de nos jours. On prescrivait les potions les plus dégoûtantes - jusqu'à des excréments - dans le but d'incommoder et de déloger l'intrus-porteur-de-la-maladie. Chez d'autres peuples, c'est l'explication par la perte de l'âme qui était retenue; il arrivait que l'on prescrive les mets les plus exquis en vue de ramener l'âme envolée dans le corps qu'elle avait rendue malade en le quittant. Qui voudrait soutenir que les bons plats n'ont pas conservé quelque valeur curative?

Autres articles associés à ce dossier

La santé

Jacques Dufresne


Les budgets du ministère de la Santé ne disent pas la vérité

Isabelle Paré

Isabelle Paré, dans son article paru dans Le Devoir du 29-04-2000 explore «les enjeux d'un réseau qui engloutit désormais 37 % des revenus de l'

Réflexions sur la santé et la maladie

Jacques Dufresne

Dans cette suite de réflexions ayant la santé pour thème commun, l'auteur évoque divers effets d'ordre psychologique et moral du triomphe d'une m

De la médecine médiévale à la médecine contemporaine

Jacques Dufresne

La séparation de la tradition et de la science, indispensable au progrès, ne s'est pas faite avant le XIXe siècle.

Malades de la santé?

Jacques Dufresne

Comment on mine sa propre santé par le fait qu'on en fait le but de sa vie, au lieu de veiller sur elle comme sur une condition parmi d'autres de l'a

De Pasteur à Freud

Jacques Dufresne


À lire également du même auteur

Résurrection de la convivialité
Ivan Illich annonçait dès les années 1970 une révolution, litt&eacu

Mourir, la rencontre d'une vie
Si la mort était la grande rencontre d’une vie, que gagnerait-elle, que perdrait-elle &

Bruyère André
Alors qu'au Québec les questions fusent de partout sur les coûts astronomiques li&e

Noël ou le déconfinement de l'âme
Que Noël, fête de la naissance du Christ, Dieu incarné, Verbe fait chair, soit aus

De Desmarais en Sirois
Démocratie ou ploutocratie, gouvernement par le peuple ou par l'argent? La question se po

Le retour des classiques dans les classes du Québec
Le choix des classiques nous met devant deux grands défis : exclure l’idéal




Articles récents