Un plaidoyer pour Richard Wagner en 1868

Théophile Gautier
(…) Maintenant que M. Carvalho possède deux théâtres, espérons qu’il ne nous fera pas longtemps attendre le Lohengrin de Richard Wagner, promis depuis bien des mois. Pour la réussite de sa double entreprise, l’habile directeur doit se former un répertoire nouveau et non pas jouer les mêmes pièces sur deux scènes différentes. Le théâtre de la Renaissance (salle Ventadour) n’a que faire de répéter le Théâtre lyrique. Tout ce qui s’intéresse à la musique a le plus vif désir de juger, non sur des fragments, mais sur l’exécution complète de ses plus importantes partitions, le génie nouveau qu’on nomme Richard Wagner, et qui soulève à la fois des admirations si passionnées et des diatribes si violentes. À coup sûr, l’être qui déchaîne de tels enthousiasmes et de telles colères ne saurait être médiocre.

Les morceaux entendus prouvent d’ailleurs d’énormes facultés musicales et une incomparable puissance. On n’a aucune raison de nous cacher plus longtemps ce grand maître. Cette plaisanterie de musique de l’avenir a duré assez. Il nous faut non seulement le Lohengrin, mais le Tannhäuser, qu’on n’a pas écouté à l’Opéra, et les Niebelungen, et Le Vaisseau fantôme et Tristan et Iseult, et même Rienzi, que Wagner renie aujourd’hui comme trop rossinien. Il y a là, dans cette mine abondante d’où l’on n’a extrait que quelques pépites d’or, toute une Californie pour le directeur qui oserait l’exploiter, et vraiment l’audace ne serait pas grande, car les échantillons produits sont du métal le plus pur et du plus beau titre.

Autres articles associés à ce dossier

Richard Wagner

Charles Gounod

"Richard Wagner fut incontestablement une personnalité artistique considérable. On ne passionne pas à ce point toute une époque, on n'enfièv

Wagner et nous

Léon Daudet

« Wagner et nous » est le titre d'un bref et substantiel article de M. Léon Daudet, publié par La Revue du Siècle (septembre). D'après l'auteu

Souvenirs sur Lohengrin (1849)

Gérard de Nerval


Wagner

Léo-Pol Morin


Un jugement de Nietzsche

Hélène Laberge

Nietzsche et Liszt ont réagi différemment au génie envahissant de Wagner.

À lire également du même auteur




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ