La révolution biologique et Jacques Monod

Jacques Dufresne
L'un des artisans de la révolution biologique, il obtient le prix Nobel de médecine en 1965, avec André Lwoff et François Jacob.

    On se souvient de cette enzyme qui détruisait la capsule protectrice du pneumocoque. Dubos avait remarqué qu'elle s'adaptait au milieu, mais il en resta sur ces questions à des considérations générales. Jacques Monod fut l'un de ceux qui poussèrent plus loin l'analyse, en mettant à profit les découvertes récentes en génétique. Quelques années avant sa mort, René Dubos a fait son éloge. C'était l'hommage de la première révolution biologique à la seconde. "J'avais mis en évidence la phénoménologie du problème. [...] Monod et Jacob, eux, ont ajouté leurs formidables capacités analytiques. Jacques Monod était un cartésien extraordinaire. Nous étions amis, réellement très amis, et il me disait toujours: J'aurais aimé vivre au XVIIIe siècle".

À lire également du même auteur

Du cimetière marin de Sète à celui de Deschambault
Le cimetière de Deschambault: un autre  lieu en attente d'un poète et d'u

Patrimoine religieux : de l’esprit des lieux aux lieux de l’esprit
"Nous choisissons la forme de nos bâtiments, plus tard ce sont eux qui déterminent

Julie Payette ou l’abdication de la première reine astronaute
Voici une bonne raison de remplacer Julie Payette par un ou une autochtone.

Hôpitaux : priorité aux donneurs de sens
Version complète d'un article paru dans le journal Le Devoir le 22 janvier 2021

Jeûne médiatique
Ascèse appropriée à une humanité où, en raison de l'omnipr&ea

Les trois virus : biologique, informatique et idéologique
Les deux premiers sont bien connus. Définition du troisième : une idée s&e

Éblouir pour régner
Où l'on voit comment, fort de ses connaissances en optique, Descartes propose au roi d




Nos suggestions