La révolution biologique et Jacques Monod

Jacques Dufresne
L'un des artisans de la révolution biologique, il obtient le prix Nobel de médecine en 1965, avec André Lwoff et François Jacob.

    On se souvient de cette enzyme qui détruisait la capsule protectrice du pneumocoque. Dubos avait remarqué qu'elle s'adaptait au milieu, mais il en resta sur ces questions à des considérations générales. Jacques Monod fut l'un de ceux qui poussèrent plus loin l'analyse, en mettant à profit les découvertes récentes en génétique. Quelques années avant sa mort, René Dubos a fait son éloge. C'était l'hommage de la première révolution biologique à la seconde. "J'avais mis en évidence la phénoménologie du problème. [...] Monod et Jacob, eux, ont ajouté leurs formidables capacités analytiques. Jacques Monod était un cartésien extraordinaire. Nous étions amis, réellement très amis, et il me disait toujours: J'aurais aimé vivre au XVIIIe siècle".

À lire également du même auteur

De la forme au chaos, de Pythagore à Kauffman
Pythagore était à la fois et dans l'ordre un mystique, un philosophe, un savant et

Vie
Première version: 2000. Dernière mise à jour 2022,. Quand nous abordons le th&

Univers
Première version 2003. Dernière mise à jour 2020. Bien des idées re&cced

Radio-Canada, une chapelle de la religion du progrès
Tout est bien qui est nouveau !  Un dogme à la SRC ! L’auto-critique exigera plus

Élisabeth II ou le conte de fées britannique
...« Quand à travers les légendes et les poèmes/ Nous connaîtrons

Le ciel français au secours du fait français au Canada
Quelles notes de français donneriez-vous à Justin Trudeau et à François




Articles récents