Comment vivre sans repères?

Dominique Fernandez
Extrait d'un entretien accordé à Christian Authier de L'Opinion indépendante autour de son roman Nicolas: «Un étudiant russe fait irruption dans la vie d’un couple d’intellectuels parisiens en bouleversant leur existence bourgeoise. À travers son excellent nouveau roman Nicolas, Dominique Fernandez raconte l’histoire d’une passion mystérieuse mais décrit aussi le choc de deux civilisations. L’auteur de Porfirio et Constance porte un regard inquiet sur un Occident privé de repères.»
L'Opinion indépendante: Nicolas est aussi une charge contre le conformisme et l’uniformisation des modes de vie. L’un de vos personnages, Rachid, constate que la transgression est devenue la règle et que les marginaux d’il y a trente ans édictent aujourd’hui la norme…
Dominique Fernandez: En France et en Europe occidentale, il n’y a plus de transgressions possibles ni de risques à courir puisque tout est admis, permis, encouragé même. S’il n’y a pas de contrainte, il n’y a pas de choix et l’on est forcé de faire comme tout le monde. C’est l’un des problèmes de ce nouveau siècle. Est-ce que cette liberté amène forcément le bonheur ? Je n’en suis pas sûr… La liberté c’est très bien mais l’absence de contraintes, de barrières, entraîne une espèce de lassitude de vivre, de désabusement général. Les contraintes sont stimulantes. On s’affirme, on lutte. Là, il n’y a plus de luttes puisque tout est offert.

O. I.: Rachid déclare que le progrès civique entraîne toujours une déperdition de qualité individuelle et que, dans un régime de tolérance et de d’équité universelles, il est impossible de continuer à se sentir différent. Cette indifférenciation, qui peut toucher tous les individus, n’est-elle pas particulièrement mortelle pour les artistes?
D.F.: Oui, bien sûr. Aujourd’hui, on ne pourrait plus écrire Madame Bovary. L’adultère n’est plus un drame. Le progrès des moeurs, dont il faut naturellement se féliciter, entraîne la perte de thèmes éternels. On n’écrirait pas non plus Don Juan aujourd’hui. Il y a de moins en moins de sujets car les vrais sujets racontent des drames, des impossibilités, des souffrances. Si tout est permis à tout le monde et à tout moment, il y a une perte dans l’idée du possible.

O.I.: «Imbus de la supériorité de notre siècle, orgueilleux de nous sentir modernes» écrivez-vous à propos des occidentaux. Cette phrase traduit bien une certaine modernité: nous sommes sûrs d’être meilleurs que ceux qui nous ont précédés…
D.F.: Je me félicite du progrès. Tout le monde est libre de faire ce qu’il veut. Il n’y a plus de tabous. C’est un progrès démocratique, civique et humain. Mais on n’avait peut-être pas pensé aux contreparties à ce progrès. On est moderne mais on perd beaucoup de choses. Avant quand on avait des impossibilités ou des tabous, on s’affirmait. Maintenant, on est livré à soi et cela crée un désarroi. Avant, il y avait trop de barrières et aujourd’hui il n’y a plus de limites donc on ne sait plus qui on est. Il faut s’opposer à quelque chose pour être soi-même.

O. I.: «Éclatons-nous! C’est l’article de foi de cet Occident libéré» écrivez-vous. Comment voyez-vous la finalité de cet homme nouveau libéré de tout ?
D.F.: Je vois une pauvre chose. S’il n’y a plus de morale aucune, l’homme nouveau va être quelqu’un de très triste finalement. Il aura une liberté indéfinie mais il n’en fera rien. Comment vivre sans repères? On peut s’en recréer, se faire une morale à soi mais la société n’impose plus rien. La famille n’existe plus. La religion n’existe plus. La politique et les idéologies non plus. Il n’y a plus aucune structure pour l’individu. Même l’école est laxiste. La fac, n’en parlons pas. On n’indique plus le chemin. Il y a une grande plaine immense. Vous pouvez aller à droite, à gauche ou tourner en rond. Beaucoup tournent en rond.

Autres articles associés à ce dossier

Critique de la modernité - 2

Friedrich Nietzsche


Critique de la modernité - 1

Friedrich Nietzsche


La récupération de la pensée moderne

Benoît Duteurtre

Extrait d'une entrevue accordée à Christian Authier (Benoît Duteurtre: un romancier hors des sentiers battus, L'Opinion indépendante, Toulouse, Fr

La modernité et le progrès du savoir

Jerzy A. Wojciechowski

Je tenterai de faire la lumière sur ce changement en adoptant le point de vue de la théorie de l'écologie du savoir que j'ai développée pour étu

Le soleil de la modernité

Jacques Dufresne

"Copernic, écrit Arthur Koestler, renversa un courant de pensée inconscient en faisant graviter la Terre au lieu du Ciel. Tant que l'on imagina




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ