Le TOD arrive à Mont-St-Hilaire

Bernard Lebleu
La ville de Mont St-Hilaire annonce la mise en chantier d'un nouveau développement urbain inspiré du concept de TOD ou "transit oriented development".
Le TOD n'est pas un nouveau train rapide, il s'agit en fait de la dernière mode en matière de développement urbain. Issu d'expériences d'urbanisme sur la côte ouest américaine, le tod est une approche qui cherche à pallier l'inefficacité du modèle suburbain nord-américain conçu avant tout pour la voiture en réarticulant le développement des agglomérations autour des systèmes de transport en commun. En Europe, 45% des déplacements se font à pied ou en vélo et 10% via le transport en commun: en Amérique du Nord, 87% de ces déplacements se font en voiture et seulement 3% utilisent les transports publics. Une étude canadienne démontrait récemment qu'une augmentation de 5% de l'utilisation du transport en commun en dehors des heures de pointe pourrait engendrer des économies de 100$ milliards annuellement.
Aux larges avenues des villes de banlieue, qui symbolisait autrefois la prospérité, les New Urbanists américains préfèrent les allées piétonnes défilant entre des maisons dont on a rapproché les façades dans l'espoir de recréer la convivialité des villages d'autrefois. Le stationnement des voitures, qu'on évacuera le plus possible du paysage urbain, est relégué dans les ruelles arrières. L'accent est mis sur la proximité des services, des aires de jeux et de loisirs pour encourager les déplacements à pied : idéalement, les habitants de ces communautés ne devraient pas être à plus de 5 minutes à pied de leur lieu de travail, des services et commerces, des aires de loisirs.

Au Québec, un premier projet du genre devrait voir le jour bientôt à Mont St-Hilaire. La nouvelle gare constituera le noyau d'un nouveau village de 1000 unités d'habitation qui devraient être construites prochainement. Autour de cette gare, on trouvera quelques services et commerces de base. Les voyageurs pourront regagner leur domicile grâce à un réseau de sentiers piétonniers et de pistes cyclables. Les promoteurs estiment que le cadre champêtre dans lequel le nouveau village sera implanté, à proximité de la rivière Richelieu et du mont St-Hilaire, devrait séduire une clientèle variée. La présence de la gare et l'accès à un service de liaison rapide vers le centre-ville de Montréal devrait permettre aux familles de se départir de leur deuxième voiture et d'économiser du même coup des milliers de dollars annuellement.

Sources : Armory Lovins et al, Natural Capitalism et Le Devoir

Autres articles associés à ce dossier

Revue de presse - Transports électriques et autonomes (automne 2018)

Robert Mailhot

Andrée Mathieu a assuré elle-même sa succession en tant que représentante de la science dans nos pages. Elle nous parlait s

Quelques données sur l'impact environnemental du transport

Bernard Lebleu

Quelques données sur l'évolution des modes de transport et leur impact environnemental.

L'hydrogène: le combustible de demain

Bernard Lebleu

L'hydrogène constitue le choix unanime des constructeurs automobile comme combustible pour les moteurs de l'avenir.

À lire également du même auteur

Une brève histoire de la typographie
Il nous faut, à l'ère de la typographie numérique et de la migration des mo

Vie privée et Internet: halte au trafic des renseignements personnels
Le récent scandale de vente massive de renseignements concernant la vie privée des internautes a p

Thomas Arnold et l'éducation sportive
Le recteur Arnold ne prisait guère le sport, mais il avait su y voir un remède à l'indocilité de

Temps libre et loisir
Nous nous définirons à l'avenir autant par le travail que par l'usage que nous ferons de notre tem

Rome antique et christianisme
L'athlétisme grec ne parvint jamais à pénétrer les mœurs des Romains qu'offusquait la nudit

Quelques données sur l'impact environnemental du transport
Quelques données sur l'évolution des modes de transport et leur impact environnemental.




Nos suggestions