Le Trust

Bernier Yvon
Depuis la mort de Marguerite Yourcenar, sa fortune sert la cause de la protection de l'environnement.
Il n'y a pas lieu de s'étendre longuement sur la fortune que laissait Marguerite Yourcenar au moment de sa mort. Disons, pour faire court et par souci de discrétion, qu'elle n'était pas négligeable. Elle la léguait entièrement, hormis quelques donations d'ordre privé, au Trust dont son testament assurait la création. Par voie de conséquence, depuis sa disparition, cet organisme a également touché ses droits d'auteur de même que les revenus générés par les droits dérivés. Au bout du compte, personne ne s'étonnera de ce que cela représente des sommes considérables.

Mais à quoi, se demandera-t-on, sert cet argent ? Pour l'essentiel, à la protection de l'environnement, à la défense d'espèces menacées, voire à la défense de certains droits civils qui pourraient être battus en brèche. On aura donc compris que les objectifs de son Trust sont de nature surtout écologique. Rien n'a été prévu par Marguerite Yourcenar, en effet, pour la promotion de la littérature en général ou de son oeuvre en particulier. Un soir qu'elle m'entretenait de ses dernières volontés, sans entrer dans les détails, et que je l'interrogeais sur ses intentions à l'égard de son oeuvre, elle me répondit : «Que l'œuvre se défende elle-même!», puis elle parla d'autre chose.

Jusqu'ici, ce qui revient à dire depuis quinze ans, le Trust a versé environ 100 000 $ par année aux organismes susceptibles d'émarger à son budget. Car il importe de préciser que ses contributions s'effectuent à l'intérieur d'une liste close. Aussi le Trust n'encourage-t-il de ses deniers que les organismes auxquels l'écrivain cotisait déjà de son vivant. Peut-être convient-il d'ajouter qu'une tranche de 20 000 $ est prélevée chaque année sur la somme précitée et confiée à tour de rôle à l'un des quatre administrateurs du Trust, cette personne peut en disposer à sa guise en faveur d'organismes de son choix figurant sur la liste.

Si le Trust a pu jusqu'à présent distribuer annuellement la somme mentionnée plus haut, il n'est pas sûr en revanche qu'il pourra toujours le faire au même rythme dans l'avenir. Par ces temps d'incertitude financière, il lui faut compter avec les fluctuations du portefeuille et avec une éventuelle érosion des droits d'auteur, pour l'heure substantiels, mais qui s'éteindront tout de même à l'expiration du délai légal en 2037. Néanmoins, aussi longtemps qu'il le pourra, le Trust assurera la mission dont l'a investi la générosité posthume de Marguerite Yourcenar.

Autres articles associés à ce dossier

Itinéraire d'une oeuvre

Yvon Bernier

Survol des écrit de Marguerite Yournenar dans leur contexte historique.

Du silence

Marguerite Yourcenar


Un Hadrien plus humain

Jacques Dufresne

Marguerite Yourcenar n'a pas embelli Hadrien, elle l'a seulement rendu plus humain.




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ