Rousseau et la joie de peindre

Gustave Kahn
Commentaire au sujet d’une rétrospective Henri Rousseau organisée à la galerie Bernheim-jeune en 1912.
Voici le bon douanier entré dans la gloire. On lui a consacré des volumes; on lui en dédiera peut-être encore; il deviendra légendaire. On répétera comment les meilleurs techniciens de son temps, un Camille Pissarro, par exemple, s’intéressèrent, peut-être outre mesure, à ses visions naïves. On s’étonnera que cette sympathie un peu paradoxale ait provoqué des admirations très vives à l’endroit de Rousseau et que tant de peintres très savants aient goûté les involontaires fraîcheurs de sa gaucherie et de sa timidité. Il y a naturellement une raison (il y en a toujours) à ce que ce petit art maladroit ait eu ses zélateurs.

La raison en est dans la réalité et la vérité de la naïveté de Rousseau. Il a eu des dons de joliesse. Il a serti des feuilles d’arbres, avec une patience touchante. Il a audacieusement harmonisé des tons francs qui ne se souciaient pas de vivre ensemble; et ces bariolages de couleurs ne sont point désagréables. Il a fignolé des portraits bourgeois avec une implacable sincérité qui était de l’amour de l’art, et son exposition est mieux que désarmante.

On sent que ce bonhomme connut au plus haut degré la joie de peindre. Son manque de sens critique l’empêcha de jamais voir ses défauts, et ses défauts c’est à peu près tous les défauts que pouvait avoir un peintre; mais il eut avec excès cette qualité de n’être point académique, ce qui fait que les personnes n’ont point tort qui, devant ces maigres effigies, ces feuillages qu’on taxe de décoratifs pour ne point parler de leur minutieuse inexactitude, ces paysages de guinguois, ces anecdotes saugrenues, ces enfants à tête de vieillard disent qu’au moins cela ne sent pas le pensum fait pour le Salon, et que cela vaut mieux que maints tableaux d’histoire exécutés pour la seule joie de la commande et pour donner à des municipalités le prétexte d’arborer de la mauvaise couleur sur dessin déjà vu dans des mairies mal construites.

Autres articles associés à ce dossier

À lire également du même auteur

Les fils peintres de Camille Pissaro
Critique d'une exposition consacrée à Camille Pissarro et à ses fils peintres.




Articles récents

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.