Le ventre de Belo Horizonte

Bernard Lebleu
La ville de Belo Horizonte au Brésil est aujourd'hui citée en exemple par l'ONU pour l'originalité de son approche pour contrer la malnutrition au sein de sa population.
Belo Horizonte est la quatrième plus grande ville du Brésil. En 1990, on estimait à plus de 20% le nombre d'enfants souffrant de malnutrition dans cette ville de 2600000 d'habitants dont plus du tiers vit sous le seuil de la pauvreté.

Les élus municipaux ont entrepris de contrer le phénomène à l'aide d'une série de mesures audacieuses, toutes inspirées par ce principe fondamental que le droit à la sécurité alimentaire est aussi inaliénable que le droit à la dignité, que ce dernier est en quelque sorte conditionnel à la réalisation du droit à une alimentation de qualité. Pour que la situation change, la ville a choisi d'assumer elle-même la responsabilité de nourrir ses citoyens défavorisés.

Il fallait tout d'abord mettre en place des mécanismes pour assurer la production et l'approvisionnement aux prix les plus bas possibles. Pour y parvenir, la ville a octroyé une quarantaine de parcelles de terres en périphérie de la zone urbaine à des producteurs agricoles. Ceux-ci approvisionnent des marchands qui louent à des tarifs préférentiels des emplacements fournis par la ville, en plein coeur des zones défavorisées. En favorisant l'essor d'une agriculture péri-urbaine, de proximité, en éliminant les intermédiaires habituels du libre marché qui accaparent une part importante du prix de vente au détail, non seulement les citoyens, mais aussi les hôpitaux, les écoles et les acheteurs institutionnels peuvent se procurer une vaste gamme de denrées de bases à des prix correspondant à 50% des prix du marché.
340 000 citoyens bénéficient des programmes supervisés par le SMAB (Secretaria Municipal de Abastecimendo); 10 000 familles reçoivent à chaque mois 2 kilos de farine enrichie de lait, de poudre d'écailles d'oeuf et de feuilles de manioc.

Le SMAB a également ouvert une série de centres agro-écologiques qui diffusent de l'information sur les pratiques agricoles écologiquement viables, et encouragé la création d'une centaine de jardins communautaires et en milieu scolaire. Il est assez remarquable que la facture pour l'ensemble des mesures du programme de sécurité alimentaire représente moins de 1% du budget de la ville.

De l'avis d'Adriana Aranha, une des responsables du SMAB, la plus grande réussite du programme de sécurité alimentaire de Belo Horizonte, aujourd'hui cité en exemple par l'UNESCO, aura été de faire mentir le préjugé tenace que les administrations municipales et les gouvernements sont inefficaces et de mauvais administrateurs et qu'il est préférable de s'en remettre aux forces libres du marché.

Source : FRANCES MORE LAPPE, Hope's Edge (2002) et UNESCO

Autres articles associés à ce dossier

Plus de 840 millions de personnes dans le monde souffrent de la faim

Département d'État américain

"Nous donnons ci-dessous un résumé analytique sur le problème de la faim dans le monde, dont les données ont été obtenues de la Banque mond

La faim

Michel Coluche


The Hunger Site

La première page du site se réduit à peu de choses, mais l'effet est saisissant: une carte du monde, où sont pointées dynamiquement les régions

À lire également du même auteur

Une brève histoire de la typographie
Il nous faut, à l'ère de la typographie numérique et de la migration des mo

Vie privée et Internet: halte au trafic des renseignements personnels
Le récent scandale de vente massive de renseignements concernant la vie privée des internautes a p

Thomas Arnold et l'éducation sportive
Le recteur Arnold ne prisait guère le sport, mais il avait su y voir un remède à l'indocilité de

Temps libre et loisir
Nous nous définirons à l'avenir autant par le travail que par l'usage que nous ferons de notre tem

Rome antique et christianisme
L'athlétisme grec ne parvint jamais à pénétrer les mœurs des Romains qu'offusquait la nudit

Quelques données sur l'impact environnemental du transport
Quelques données sur l'évolution des modes de transport et leur impact environnemental.




Nos suggestions