Nyx

Catherine Pozzi
Un mois avant sa mort, Pozzi compose ce poème qu'elle dédie «À Louise aussi de Lyon et d’Italie», son propre nom de baptème étant Catherine-Marthe-Louise Pozzi. On reconnaît les mots de Louise Labé: «Ô noires nuits vainement attendues», «Je vis, je meurs: je me brûle et me noye» dans ce poème d'amour qui, comme Ave, n'est pourtant plus tourné vers l'homme.
À Louise aussi de Lyon et d’Italie

Ô vous mes nuits, ô noires attendues
Ô pays fier, ô secrets obstinés
Ô longs regards, ô foudroyantes nues
Ô vol permis outre les cieux fermés.

Ô grand désir, ô surprise épandue
Ô beau parcours de l’esprit enchanté
Ô pire mal, ô grâce descendue
Ô porte ouverte où nul n’avait passé

Je ne sais pas pourquoi je meurs et noie
Avant d’entrer à l’éternel séjour.
Je ne sais pas de qui je suis la proie.
Je ne sais pas de qui je suis l’amour.

Autres articles associés à ce dossier

À lire également du même auteur

Vale
Vale(Adieu) forme un tout avec un second poème: Ave(Salut). L'auteure se détourne de l'amour hum

Vale (extrait)
«L'avenir, nous le fabriquons dans notre imagination. Seul le passé, quand nous ne le refabriquons

Ave
«Mais je vais vers un autre amour, dont celui-ci n'était qu'étincelle. Oh, qu'il soit présent! Q




Nos suggestions