Impression du texte

Incarnation, admiration, civilisation, l’œuvre de l’ethnohistorien Michel Lessard correspond parfaitement à ces trois thèmes de la présente lettre. L’âme d’un peuple s’incarne d’abord dans ce quelque-chose de plus, beauté, forme, caractère dont ses artisans auréolent les objets de la vie quotidienne, des simples outils aux vases sacrés. Cette âme s’appauvrit toutefois si elle perd de vue les œuvres qui l’on exprimée et l’expriment encore. Il faut alors qu’un regard d’aigle nous les redonne à admirer. Au Québec, Michel Lessard a été l’un de ces regards, le plus perçant peut-être. Ce faisant il révélait sa civilisation à un peuple qui a trop longtemps cru qu’il n’était qu’à demi civilisé. L’hommage que lui rend ici un autre excellent ethnologue, René Bouchard, ajoute quelque-chose de plus à cette civilisation.

Actualités & Agenda
Dans un livre intitulé The Power of Disability, Al Etmanski, un chef de file dans l’innovation sociale au Canada, présente une galerie de personnes handicapées qui...
L’argile fut la première matière plastique. Le façonnage et la cuisson de cette terre en vue d’en faire des récipients a marqué une...
Simon Nadeau est l’auteur d’un roman, L’art de rater sa vie, qui a suscité notre admiration. Suite à notre demande de participer à notre réflexion sur...
Je dis seulement qu'il y a sur cette terre des fléaux et des victimes et qu'il faut, autant qu'il est possible, refuser d'être avec le fléau.
Incarnation, admiration, civilisation, l’œuvre de l’ethnohistorien Michel Lessard correspond parfaitement à ces trois thèmes de la présente lettre.


Dons reçus (2019-2020):6100$
Objectif: 25 000$


Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2019-2020, notre objectif s'élève à 25 000$.

Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.




TEST C