Stellaire





Cette minuscule fleur blanche vit en colonies qui font penser à des constellations tombées dans la nuit des champs. Les hautes herbes parmi lesquelles elles poussent leur voilent le jour d'une façon telle qu'elles semblent sortir de la nuit. D'où leur nom.

Essentiel

«Moi qui passe et qui meurs, je vous contemple, étoiles!

La terre n'étreint plus l'enfant qu'elle a porté.
Debout, tout près des dieux, dans la nuit aux cent voiles,

Je m'associe, infime, à cette immensité;
Je goûte, en vous voyant, ma part d'éternité.»

Ptolémée, Ant. Pal., IX 577. Traduction: Marguerite YOURCENAR, La Couronne et la Lyre, Paris, Éditions Gallimard, 1979, p. 407.

Essentiel

«Moi qui passe et qui meurs, je vous contemple, étoiles!

La terre n'étreint plus l'enfant qu'elle a porté.
Debout, tout près des dieux, dans la nuit aux cent voiles,

Je m'associe, infime, à cette immensité;
Je goûte, en vous voyant, ma part d'éternité.»

Ptolémée, Ant. Pal., IX 577. Traduction: Marguerite YOURCENAR, La Couronne et la Lyre, Paris, Éditions Gallimard, 1979, p. 407.

Articles


Dossiers connexes




Nos suggestions