Sacré

Par ce terme, on désigne ce qui a été et demeurerait d'une manière universelle l'objet de toute religion, que celle-ci soit ancienne ou moderne. En effet, comme dit Robert Tessier, « les signifiants référant originellement à un univers religieux transcendant assureraient encore dans les sociétés aux institutions sécularisées la fonction du sacré, qui est de tisser des liens de solidarité entre individus, groupes et sociétés dans l'humanité. Ces représentations situeraient symboliquement les acteurs sociaux dans un même espace sémique, constituant leur identité commune: la société. »

ROBERT TESSIER, Déplacements du sacré dans la société moderne, Québec, Bellarmin, 1994, p. 170.

Essentiel

« Le sacré se rapporte obligatoirement à ce qui est la condition nécessaire de l’homme, l’inévitable, ce qui lui est imposé, ce qu’il vit sans rémission possible. Il faut qu’il assigne à cette condition un caractère dernier parce qu’elle est inévitable. Il faut qu’il lui impose une valeur parce qu’elle lui est imposée. Il faut qu’il la mue dans l’ordre du sacré parce que lui-même ne peut se concevoir hors de cet ordre-là. C’est la vocation désespérée d’une prétention à la maîtrise de ce qui lui échappe, à la liberté dans la nécessité.

On est toujours saisi par le caractère restrictif du sacré, imposant tabous, limites, prescriptions, mais en réalité l’institution du sacré est l’affirmation par l’homme d’un ordre du monde et d’un ordre du monde qu’il connaît, qu’il désigne et qu’il nomme. Le sacré, c’est pour l’homme la garantie qu’il n’est pas jeté dans un espace incohérent, dans un temps illimité. »

JACQUES ELLUL, Les Nouveaux Possédés, Paris, Fayard, 1973, pp. 69-70.

* * *


« La transcendance est une caractéristique essentielle du sacré. Ce qui est consacré, pur, est mis à part, il transcende le monde dont il est séparé:
1° ce qui est sacré est séparé, mis à l’écart du profane, parfois interdit, souvent inviolable;
2° ce qui est sacré est saint, du domaine de l’incompréhensible, du Tout-Autre. »

Benoit Frund

Enjeux

Pour René Girard comme pour Robert Tessier, le sacré a pour but de faire fusionner les membres d'une communauté. Toutefois, alors que Tessier voit dans le « développement durable » et les préoccupations écologiques une sécularisation des anciens idéaux religieux (la Terre et les générations futures remplaçant Dieu), Girard semble pessimiste quant à la possibilité de transcender le fond de violence dans lequel serait né le sacré. Pour lui, les rapports interindividuels sont pétris de violence et de désir (chacun désire l'autre, c'est-à-dire ce qu'il n'a pas), et l'apparition du sacré qui est l'issue de ce conflit est la constitution du groupe par le sacré, qui le scelle autour du phénomène de fabrication des victimes.

Articles


Dossiers connexes




Articles récents

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.