Prophète

Par Jacques Lison

Le prophète est celui qui parle sans langue de bois alors que les autres se taisent. Ses interventions dérangent les gens superficiels, voire égoïstes, et il met sens dessus dessous les institutions qui perdent leur âme, se sclérosent et s’enlisent. Il est un insupportable empêcheur de tourner en rond, certes, mais pas au point d’être ce que l’on appelle un «prophète de malheur». S’il dénonce l’hypocrisie et les injustices, c’est parce qu’il croit en l’humanité.


En réalité, le prophète est celui qui voit. On dit qu’il prédit l’avenir. Il faudrait plutôt dire qu’il le met à nu. Car loin d’être un diseur de bonne aventure, le prophète est un expert dans la lecture des signes des temps. Son observation attentive des tendances religieuses, éthiques, sociales, politiques, militaires de son époque a tellement aiguisé sa lucidité qu’il voit exactement ce qui est sur le point de survenir. Surtout, tel un guetteur, il perçoit avant tout le monde les forces obscures sournoisement à l’œuvre. Il refuse que celles-ci aient le dernier mot. Il déchire l’horizon, il abat les murs que créent l’intolérance et la peur de l’autre, il relance l’histoire au moment où elle semble s’effondrer, il annonce que l’avenir n’est pas impossible.


En écrivant cela, je prends tout à coup conscience que notre baptême a fait de nous les membres de Jésus Christ prêtre, prophète et roi. Cela veut dire que la vocation de prophète est inscrite dans mes gènes chrétiens. Ma vie devrait donc être une prophétie indiquant un horizon plus vrai, plus beau, plus grand, plus inspirant et épanouissant que les leurres de l’ego qui tuent l’âme de nos sociétés et les recroquevillent sur elles-mêmes. Mais où puiser l’incandescence de ce dépassement, sinon dans une prière engagée à l’école des prophètes et particulièrement de Jésus. On ne peut prendre celui-ci au sérieux, écrit Albert Nolan, sans «être prêt à devenir prophète et mystique». Parce que Jésus voulait que tout le monde lise les signes des temps et entre dans l’intimité de son Père au point de voir, sentir et agir comme lui.

Source: Prions en Église, édition mensuelle, vol. 30, no 7 (juillet 2018). Jacques Lison avait d'abord invité ses lecteurs à plonger  dans certaines des plus belles pages d’Amos, d’Osée, d’Isaïe, de Michée et de Jérémie. Elles vous apprendront, ajoute-t-il,  mieux que je ne puis vous l’exprimer, ce qu’est un prophète.

Articles





Articles récents

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.