Pervenche

Plante à tige rampante formant des tapis; feuilles opposées, glabre, à nervure marquée, persistantes; fleurs bleues tirant parfois sur le blanc ou le violet; corolle divisée en cinq pétales.
Fleurit au printemps dans les lieux ouverts.

Échappée de culture d'origine européenne. Peu répandue au Québec, elle se limite aux terres habitées, on la trouve souvent à proximité d'anciens jardins.

Usage médical:
    «Les feuilles sont amères, toniques et fébrifuges. Cette plante a été et est encore un élément important de la pharmacopée populaire en Europe. Les divers noms qu'elle porte indiquent l'usage que l'on en fait: "Violette des morts", probablement parce qu'on en couronnait la tête des jeunes filles en les conduisant au lieu de leur sépulture; "Violette des sorciers", parce qu'elle entrait dans la composition de certains vulnéraires; "herbe au pucelage", parce qu'on lui supposait une vertu astringeante particulière.»1
1. frère Marie-Victorin, Flore Laurentienne, Presses de l'Université de Montréal, Montréal, 1964, p.516

Essentiel

Dans le langage des fleurs, la pervenche évoque un souvenir tendre et mélancolique.


* * *


« La belle, si tu voulais, (bis)
Nous dormirions ensemble, lon-la
Nous dormirions ensemble.

Dans un grand lit carré, (bis)
Couvert de toiles blanches, lon-la
Couvert de toiles blanches.

Aux quatre coins du lit, (bis)
Un bouquet de pervenches, lon-la
Un bouquet de pervenches.

(...) Et nous y dormirions (bis)
Jusqu'à la fin du monde, lon-la
Jusqu'à la fin du monde. »

Aux marches du palais, (chanson anonyme)


* * *


L'Église
(...)
C'était l'église en fleurs, bâtie
Sans pierre, au fond du bois mouvant,
Par l'aubépine et par l'ortie
Avec des feuilles et du vent.

Le porche était fait de deux branches,
D'une broussaille et d'un buisson;
La voussure, toute en pervenches,
Était signée: Avril, maçon.

Dans cette vive architecture,
Ravissante aux yeux attendris,
On sentait l'art de la nature;
On comprenait que la perdrix,

Que l'alouette et que la grive
Avaient donné de bons avis
Sur la courbure de l'ogive,
Et que Dieu les avait suivis.
(...)

VICTOR HUGO, Les chansons des rues et des bois


* * *


« Ses yeux bleuissaient comme une pervenche impossible à cueillir et que pourtant elle m'eut dédiée. »

MARCEL PROUST, Du côté de chez Swann

Articles


Dossiers connexes




Articles récents

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.