Père

Le père était l'homme qui mêlait son sang à celui d'une femme, dans un rapport physique et affectif avec elle, et assurait ensuite la subsistance de l'enfant et de la mère. Faut-il modifier cette définition pour tenir compte des nouvelles techniques de reproduction qui réduisent le rôle du père à celui de fournisseur anonyme de sperme? Pour tenir compte aussi des mœurs et politiques sociales nouvelles qui ont amoindri les responsabilités du père à l'égard de la mère et de l'enfant?

Essentiel

Les hommes étaient les enfants de la nature et ceux de Dieu. Par la puissance que leur confère la technologie, ils sont désormais les parents d'une nature devenue fragile et même, pour certains croyants, d'un Dieu devenu faible. Le père, au même moment, a perdu la part de son autorité qui était analogue à celle du Dieu puissant. Dépouillé de sa force, il lui reste à apprendre à régner par la persuasion... ou à se résigner à une abdication complète qui s'accompagnerait d'une disparition du sens de la transcendance.

Enjeux

Être père sera la grande aventure du XXe siècle avait prophétisé Charles Péguy. Le père aventurier pourra-t-il, en assumant de nouveaux rôles jadis considérés comme féminins, se remettre d'avoir perdu une grande partie de son autorité et de ses responsabilités?

***


"Voyons concrètement les conséquences sur le terrain de cette relative absence de la figure paternelle au sein de notre société: sans figure d'autorité dûment respectée comme telle, n'est-ce pas la transmission de tout héritage de valeurs morales et spirituelles qui est fortement compromise? Les pères, en cessant d'exercer ou en se voyant refuser le droit de jouer leur rôle de gardiens de la Tradition d'autorité - morale et spirituelle - n'ont-ils pas abdiqué leur raison d'être même, au sein de toute famille? Outre la transmission de cet héritage, outre l'exercice de l'autorité nécessaire pour son application, à quoi donc les pères devraient-ils d'abord servir? À changer les couches? À laver la vaisselle? Peut-être! mais pas d'abord à cela. Et se méprendre sur cet autre aspect essentiel de leur rôle au sein de la famille, comme nous l'avons fait depuis plusieurs décennies, porte à conséquences, la principale étant le désarroi moral et existentiel qui est le lot de bon nombre de jeunes d'aujourd'hui."

Luc Phaneuf, Le suicide chez les jeunes au Québec. Conférence donnée au Gesù pour Sentiers de foi, publiée en 1995 chez Fides sous le titre Faire face à la crise spirituelle.

Articles





Articles récents

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.