Peintres de la Montée Saint-Michel

Essentiel

Ils étaient huit : Ernest Aubin (1892-1963), Joseph Jutras (1894-1972), Jean-Onésime Legault (1882-1944), Onésime-Aimé Léger (1881-1924), Élisée Martel (1881--1963), Jean-Paul Pépin (1897-1983), Narcisse Poirier (1883-1984), Joseph-Octave Proulx (1888-1970). 

Le vocable qui les rassemblait venait de leur lieu de rendez-vous préféré, la Montée Saint-Michel. Actuel boulevard du même nom, ce chemin traversait alors le village Saint-Michel et menait au grand Boisé Saint-Sulpice, dit aussi Domaine des Sulpiciens. Ernest Aubin le découvirt à bicyclette en 1907 et ne cessa de le fréquenter. Il y entraîna nombre de ses amis peintres, et plusieurs autres artistes, ayant eu vent de ce lieu d’élection, s’y amenèrent à titre individuel.

Du temps de son activité qui a pourtant durée une trentaine d’années, le groupe des huit peintres de la Montée Saint-Michel, rassemblé autour d’Ernest Aubin, n’a pas fait beaucoup de bruit. Jamais il n’a cherché à s’imposer à l’attention du public. Contrairement à la Tribu des Casoars dont il a pris la succession à L’Arche, le groupe de la Montée n’a créé de lui-même aucun événement artistique ou autre destiné à révéler son existence. Groupe informel, composé d’individus passionnés d’art, « ils se contentèrent de peindre ensemble sur un territoire choisi, pendant plus de trente ans », résume Olivier Maurault [*]. Et c’est grâce à la solidité et à [la] durabilité de ces liens amicaux autant qu’artistiques qu’ils ont droit au titre de groupe.

Après sa première et unique exposition collective de 1941, organisée par Mgr Olivier Maurault à la gallerie Morency Frères, les huit peintres de la Montée Saint-Michel sont retombés dans l’oubli pendant plus de cinquante ans. Depuis quelques années, ils refont lentement surface, grâce aux inlassables recherches d’Estelle Piquette-Gareau qui ont donné lieu à l’exposition et au catalogue Peindre à Montréal 1915-1930. Les peintres de la Montée Saint-Michel et leurs contemporains, sous la direction de Laurier Lacroix (Galerie de l’UQAM et Musée du Québec, 1996).

[*] [« Peintres de la Montée Montée Saint-Michel », Les Cahiers des Dix, vol. 1, no 6 (1941), p. 51.]
Richard Foisy, « Centenaire de L’Arche 1904-2004, III : Les Peintres de la Montée Saint-Michel, derniers occupants de L’Arche », Le Piscatoritule, vol. 1, no 14 (déc. 2004), p. 1.

*   *   *

Affiche Montée Saint-Michel– Jean-Onésime Legault 1941

~ Montée Saint-Michel, par Jean-Onésime Legault (affiche de l’expo. de 1941)

Articles





Articles récents

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.